17 octobre 2012

Dear Decanter

Juste un petit commentaire (en anglais) envoyé hier chez Decanter, suite à un article consacré à Cos d'Estournel.

800px-Vinbieno_Château_Cos_d'Estournel_07.jpg

Cos d'Estournel (photo Thomas Pusch). Who cares if it's first or second growth?

"According to Decanter's latest poll, a majority of readers do not care about the classification system; so the fact that Cos is not a Premier Cru Classé is irrelevant. Maybe if we, wine writers, stopped talking about ranks and classifications (all the more so as they are so pointless), we could give each wine more chance to shine for its own merits.

As for the prices... well, these famous Bordeaux are all too expensive when you know the costs of production, speculation is the key factor.

So maybe the press should write more about less famous wines with better (or simply normal) price-pleasure relation."

00:10 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France, Grande-Bretagne | Tags : classement, ranking, decanter, presse du vin, wine | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

14 octobre 2012

Château Faugères primé...

Les prix Best of Wine Tourism 2013 (en franglais dans le texte) viennent d'être attribués.

Dans la catégorie Architecture et paysages, on trouve le Château Faugères (Médaille d'Or).

Je préfère en rire plutôt que d'en pleurer.

Regardez et jugez vous-même. Pour moi, parler d'intégration dans le paysage, pour un tel bâtiment, c'est se moquer du monde. Le chai de Faugères évoque un barrage, un lycée ou un pénitencier, tout sauf une cave bordelaise. Il est grandiloquent. Tout à fait comme une autre oeuvre de M. Botta, Petra - là, c'est le paysage toscan qu'il a "intégré", avec une pyramide mégalo qui s'y trouve aussi bien qu'un igloo au Sahara.

Vous me direz que ce n'est que mon avis personnel - et vous aurez raison. Il n'empêche que l'on parle d'un site classé par l'UNESCO et j'aimerais bien connaître la composition du jury qui a pu attribuer un  tel prix, avec de tels motifs, à ce monument de mauvais goût.

Les classements sont assez suspects, ces derniers temps, à Saint Emilion, pour que le doute m'habite.

D'aucuns diront que ce qui compte, c'est ce qu'il y a dans la bouteille. A ce sujet, le chai ne me dit rien qui vaille. Avec une telle ostentation dans l'architecture, j'ai du mal à croire que l'oenologue puisse faire dans l'humilité...

Comme à Cheval Blanc, on touche là aux limites d'un système bling-bling où l'argent doit se voir, se palper, se sentir... pour attirer l'argent des autres.

Bref, carton rouge.

Faugères.jpg

17:55 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |