24 octobre 2012

Haut Peyraguey (Sauternes) dans les mains de Bernard Magrez

Bernard Magrez (Pape Clément, Fombrauge, La Tour Carnet...) vient d'acquérir le Clos Haut Peyraguey, Premier Grand Cru Classé de Sauternes, jusqu'ici dans les mains de Martine Langlais-Pauly.

Si, dans d'autres cas, l'objectif du repreneur était d'améliorer la qualité de son acquisition, avec Haut Peyraguet, vu la bonne réputation du cru, il s'agira plutôt de le faire bénéficier des synergies avec les autres grands crus classés du groupe en termes de visibilité, de notoriété, de prestige. Pour Bernard Magrez, en effet "L’avenir des châteaux, c’est la communication.”

De plus, le Sauternes reste très prisé en Asie, où les vins du groupe sont bien implantés.

 

23504-650x330-clos-haut-peyraguey.jpgClos Haut Peyraguet (photo Vincent Bengold).

Le Clos Haut Peyraguey représente 16 hectares de vignes, sur sols gravelo-sableux? La production est de l’ordre de 28 000 bouteilles par an.

00:35 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Tags : sauternes, haut peyraguet | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |

22 octobre 2012

Vendredi, France Info en direct de Franc Mayne

Ce vendredi 26 octobre, le 12H-14H de France Info installera son studio au cœur du domaine viticole du Château Franc Mayne à Saint-Emilion pour un «Terrains d’enquête» consacré au marché du vin français.

En voici les grands axes:

Pièce jointe Mail.jpeg

"Vignobles rachetés par les étrangers, concurrence des vins du «nouveau monde», exportation de notre savoir-faire… Comment ce secteur économique, qui fait partie de notre patrimoine et qui reste le 2ème champion à l’export derrière l’aéronautique, fait-il face à la mondialisation?

Propriétaires, négociants, œnologues … des acteurs du monde viticole se réuniront autour de Bernard Thomasson pour en débattre."

J'écouterai ce programme avec une grande attention. J'espère que les participants oseront aborder quelques sujets pointus. Je pense notamment aux entraves à la communication que connaît le vin, en France, depuis l'entrée en vigueur de la loi Evin (et avec l'application de plus en plus restrictive qu'en font les tribunaux). L'amalgame constant que font les lobbys hygiénistes entre vin et alcool (dont les modes de consommation sont pourtant si différents). Le peu de cas que semblent faire nos politiciens d'une activité pourvoyeuse d'emplois et implantée dans la moitié de nos départements. Ou encore, la baisse constante du nombre de Français consommant du vin; l'absence de transmission de la culture du vin au sein des nouvelles générations (ceci a-t-il un rapport avec cela?)

Et puisque l'émission se déroulera à Saint Emilion, je me demande si l'on parlera du tout nouveau classement de Saint Emilion, déjà controversé...

France Info, buvez la différence...

16:22 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |