15 décembre 2012

Vente record de Cheval Blanc à Londres

Vente record chez Christies, à Londres: un lot de 12 bouteilles de Cheval Blanc 1947 a été adjugé pour 126.500 livres, soit 155.468 euros.

Soit 12.995 euros la bouteille. Ou encore, 172,7 euros le centilitre.

Ce qui fait cher la gorgée.

idécent,bordeaux,vin,vigne,spéculation

Cheval Blanc, c'est du lourd (Photo Ejnot)

Les collectionneurs, les investisseurs, les spéculateurs et les revendeurs de tout acabit m'excuseront de ne pas partager leur enthousiasme, mais on me dit que dans le même temps, des malheureux grelottent sous les ponts de Paris, malgré tout le mauvais picrate qu'ils s'enfilent.

Alors un bon mouvement: améliorons leur ordinaire; que l'acheteur de ce lot en fasse cadeau aux Restos du Coeur. De toute façon, il n'avait certainement pas l'intention de le boire.

Je sais, c'est populiste, c'est vulgaire, et surtout, c'est hors de propos. Mais je n'ai pas demandé à recevoir cet indécent communiqué de victoire de Christie's, alors j'en fais ce que je veux.

Comme disait feu l'Abbé Pierre, "Y a des jours..." Oui, y a des jours où l'on a envie de piquer le Cheval Blanc.

PS. En parlant de chevaux: pour 155.000 euros, à Deauviell, on peut se payer un beau yearling. Et l'avantage, c'est que tout le monde peut l'admirer quand il court. Beauty is in the eye of the beholder.

09:46 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Tags : idécent, bordeaux, vin, vigne, spéculation, chevaux | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |

07 décembre 2012

Tout savoir sur Jean-Pierre Meyers... et 1855

Lisons la fiche Wikipedia de Jean-Pierre Meyers:

Jean-Pierre Meyers est un homme d'affaires français, né en 1948.

Il est membre du conseil d'administration[1] de L'Oréal et de Nestlé. En décembre 2010, il est nommé directeur général de Thétys[2],[3], holding familiale des Bettencourt qui contrôle 31 % de L'Oréal et 6 % de Nestlé.

Jean-Pierre Meyers a par ailleurs été l'actionnaire historique[4] du site «1855» via la société Aphrodite, participation qu'il a annoncé avoir retirée en décembre 2012[5].

 Vie privée

Jean-Pierre Meyers est petit-fils de l'ancien rabbin de Neuilly-sur-Seine, Robert Meyers, déporté avec son épouse à Auschwitz. Jean-Pierre Meyers est marié à Françoise Bettencourt Meyers. Ils se marient civilement le 6 avril 1984 à Fiesole, en Toscane[6]. Ils ont deux fils, Jean-Victor (né en 1986) et Nicolas (né en 1988), élevés dans le judaïsme.

Voila qui est fouillé, presque intime. Ce que Wikipedia ne dit pas, par contre, c'est le montant des pertes de M. Meyers dans 1855 depuis 2004 (date de son entrée au capital) et pourquoi il n'a jamais pu peser assez sur la direction exécutive du groupe pour qu'elle revienne dans le droit chemin.

Mais celle-ci semble n'en avoir cure: Aimery de Sauty déclare même être satisfait du départ de M. Meyers, "qui lui permet de constituer un nouveau tour de table".

17:42 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Tags : meyers, 1855, vin | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |