08 janvier 2013

Prédiction

Nous avons peut-être échappé à la fin du monde, à Bugarach ou ailleurs; mais nous n'en avons pas fini avec les wine gurus, ni avec les prédictions d'experts.

C'est dur pour moi d'accabler un ami, mais la déontologie m'y oblige. Jim Budd - ze blogger - se prend maintenant pour Parker et prédit le futur du vin.

En témoignent ces quelques lignes extraites de son dernier billet sur Les 5 du Vin:

"I’m supremely confident that Bordeaux will enjoy in 2013 another finest vintage of the third millennium".   

L1060109.JPG

Jim lit l'avenir dans son viseur électronique


09:07 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, Grande-Bretagne | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

04 janvier 2013

Comment j'ai failli passer à la télé

Fin octobre, j'étais gentiment invité à participer à une émission de la télévision belge (RTBF) au sujet des Foires aux Vins. J'ai décliné - peut-être bêtement, mais c'est ainsi. J'ai décliné par conviction. Dois-je le regretter? C'est à vous de me le dire.

Voici le courrier que j'ai adressé à mon confrère

Cher M. Willems, Cher Confrère,

Je vous remercie de votre message mais je ne peux participer à votre reportage. Je suis foncièrement opposé au système des ventes en Foires aux vins, qui, selon moi, déstabilisent le marché.

 

0c1988ad41.jpgChâteau Citran 2008 à 9,99 euros chez Cora cet automne...

contre 13,35 chez Vins-AOC ou 15 euros chez Millésima...

Les grands distributeurs, via des achats en parallèle, parviennent à mettre sur le marché des vin de prestige à vil prix aux seules fins de doper leur image, mais font ainsi passer les vendeurs habituels pour des profiteurs.

Les magasins spécialisés ne peuvent pas lutter; si la GD peut se permettre de perdre de l'argent sur un vin, car elle en gagne sur le reste de l'assortiment de produits (le vin est pour eux un produit d'appel), les cavistes, eux, ne vendent que du vin.

Il n'y a pas d'accord d'exclusivité ni de fidélité qui tienne, car les distributeurs disposent de réseaux de rabatteurs qui leur permettent de mettre la main sur des lots d'invendus à l'étranger - quand ces distributeurs n'effectuent pas eux-mêmes leurs achats via leurs centrales à l'étranger, comme Carrefour.

Je ne doute pas que certains consommateurs puissent faire de bonnes affaires dans la GD, mais c'est au détriment de la filière dans son ensemble: à chaque "coup" réalisé par les grandes enseignes, c'est la marge des producteurs qui souffre, car le consommateur ne comprendrait pas qu'ils ne s'alignent pas.

Logiquement, le consommateur ne voit que son intérêt, mais méconnait le tort qu'il fait à la production et aux intermédiaires.

Par ailleurs, il y aurait beaucoup à dire sur les conditions de stockage et de transport des lots importés en parallèle - plus d'un consommateur a été déçu, dans le passé, par la qualité des vins achetés.

Sans compter que la restauration a pris l'habitude d'aller se fournir pendant les foires au vin dans des magasins (notamment Cora) - il n'y a qu'à voir comme les bouteilles un peu huppées proposées par cette enseigne trouvent vite preneur, par caisses entières, et le nombre de camionnettes qui font la queue à la sortie. Il est probable qu'une part de ces achats ne sont pas déclarés, ce qui permet d'échapper à la TVA.
Il s'agit là d'une concurrence déloyale vis-à-vis des importateurs et grossistes en vin qui travaillent en déclaré. Tout leur travail de l'année peut être anéanti.

Bref, il y a longtemps que je me refuse à cautionner ce système.

Je reste à votre disposition, par contre, pour d'autres thèmes liés au vin.

Confraternellement,

Hervé LALAU
Chroniques Vineuses

Les 5 du Vin


00:00 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Bordeaux, France | Tags : foires aux vins, france, vin, belgique | Lien permanent | Commentaires (8) | | | |