12 mars 2013

Yquem 2006

Aujourd'hui, un commentaire pas comme les autres: j'ai dégusté pour vous... Yquem 2006. Au château.

Faites moi confiance, j'ai pris mon temps, remis trois fois mon nez sur l'ouvrage, de peur de louper quelque chose.

Alors, voilà le travail...

La robe? Profonde, or à chaud.

Le nez? Expressif - papaye, mangue, raisins sec, fudge, abricot, pâte de coing.

La bouche? Puissante, mais encore très jeune. Le rôti est là, et bien là, mais l'acidité n'est pas encore tout à fait fondue, pas encore tout à fait imbriquée dans la texture très suave. A attendre.

La finale? Très, très longue, sur la clémentine et le maracuja.

Yquem.JPG

Yquem, mars 2013 (photo H. Lalau)


Le vin a été dégusté sur place en compagnie du maître de chais assistant et d'une délégation d'oenologues des Vinalies internationales. Magnifique endroit, au demeurant. La visite était organisée  par 4 étudiantes en Licence Professionnelle Oenotourisme de la Faculté d'Oenologie de Bordeaux - ah, la bonne idée que de vouloir professionnaliser l'acueil dans les châteaux du Bordelais! Avec ces 4 mousquetaires de charme et de compétence, l'essai a été transformé en beauté. C'est grâce à elles aussi que nous avons pu être reçus chez Margaux et Pape Clément, ce qui ne va pas de soi.

Pour revenir au Château Yquem 2006, vous me direz: "il n'a pas dégusté à l'aveugle, il a été influencé par l'environnement".

D'accord. Mais comme Yquem ne s'aventure guère dans les dégustations collectives, c'est ça ou rien. Peut-être même ai-je été un peu plus exigeant que d'habitude, vu la réputation du domaine et la beauté du lieu.

En résumé, Yquem 2006 est un vin d'avenir, un vin de grande classe - je ne vous apprends rien. Un vin complexe. Mais à 400 euros la quille...

00:19 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Tags : sauternes, yquem, bordeaux, 2006 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

06 mars 2013

Les Bordeaux à la moulinette du Grand Jury Européen

30 Bordeaux du millésime 2001, et pas des moindres, ont été passés à la moulinette de la dégustation à l'aveugle par le Grand Jury Européen.

Il en ressort un "classement" qui n'a plus grand chose à voir avec celui de 1855, ni ceux de Saint Emilion ou des Crus Bourgeois...

Voici les 10 premiers:

1. Smith Haut Lafitte (cru classé, Pessac-Léognan)

2. Pape Clément (cru classé, Pessac-Léognan)

3. Rauzan-Ségla (2e cru classé, Margaux)

4. Lascombes (2e cru classé, Margaux)

5. Haut Condissas (Médoc) 

6. Clos du Jaugueyron (Margaux)

7. Haut-Brion (cru classé, Pessac-Léognan)

8. Lafleur (Pomerol)

9. Reignac (Bordeaux supérieur)

10. Guadet (cru classé, Saint-Emilion)

Pour information, parmi les 2001 dégustés par le GJE, figuraient aussi Petrus et Lafitte Rothschild...

 

00:11 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Tags : grand jury européen, bordeaux 2001 | Lien permanent | Commentaires (7) | | | |