29 mars 2013

Bicentenaire, le système des Primeurs de Bordeaux? Voire

Sur son blog, mon confrère Robert Joseph discute une affirmation du Bordelais Patrick Bernard (Millésima) selon lequel les Primeurs de Bordeaux dateraient de plus de 200 ans.

Voici ICI l'argumentation de Robert (que je reprends totalement à mon compte, pour l'occasion).

Une fois encore, il semble bien qu'on prenne ses désirs pour une réalité, pardon, pour une tradition...

Bordeaux Cassini.jpg

Extrait de la carte de Cassini (18ème siècle)


Qu'est-ce que ça peut faire? La tradition est sans doute la meilleure ligne de défense pour les partisans d'un système propice à la spéculation, mais pas au produit.

 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

18 mars 2013

Château de France 2011

Je me fais un point d'honneur de déguster tout ce qu'on m'envoie, même si je ne publie pas tout. C'est ma manière à moi de remercier celui qui me présente son produit, de reconnaître le travail du vigneron.

Mon raisonnement est le suivant: si c'est très bon, ça mérite un coup de pouce. Si c'est très mauvais, ça mérite un coup de griffe. Si c'est ni l'un ni l'autre, je n'en parle pas.

Parfois, je traine un peu - j'ai plus de vins à déguster dans ma cave que je ne pourrais jamais en boire. Vous êtes envieux? Vous ne devriez pas. C'est pour moi une source de frustration - je finis rarement mes bouteilles, car je sais que d'autres m'attendent. Je ne me plains pas - ce serait indécent quand j'ai la chance de découvrir tellement de belles choses - c'est juste pour vous expliquer que je ne sais pas toujours où donner du tire-bouchon.

En plus, j'aime prendre mon temps pour déguster un vin, éventuellement lui donner une deuxième chance le lendemain de l'ouverture; et puis surtout, le tester sur un plat.

Parfois, cependant, la curiosité l'emporte, le dernier arrivé passe devant les autres...

photo.JPG

Ce fut le cas de ce Pessac-Léognan, le Château de France 2011, reçu lundi dernier. Mon empressement est totalement du au hasard: dans la même semaine, j'avais participé à une dégustation d'une trentaine de Sancerre blancs 2011, chez IVV. Une très belle dégustation. Alors j'ai voulu réviser mes gammes du sauvignon, avec un vin de Graves - l'autre région d'élection du sauvignon, en France. Bien sûr, on est dans une autre tradition. Un style plus travaillé, plus élevé. Bordelais, quoi! Mais cela peut avoir son charme aussi.

Ici, la dimension boisée est très perceptible, mais elle se fond bien dans la chair du vin, ou plutôt, elle fond la chair du vin.

Reste tout de même assez de fruit (agrumes, poire, très mûrs...) et de vivacité pour qu'on ne tombe pas dans la tisane. C'est vraiment du beau travail, l'occasion de découvrir une autre facette du sauvignon.
Très agréable à l'apéritif, il conviendra aussi très bien à une viande blanche, même en sauce.

 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Tags : château de france, pessac-léognan | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |