13 juin 2013

Non, je ne vais pas à Vinexpo!

C'est fou le nombre d'invitations que je reçois pour des dégustations ou des animations organisées sur Vinexpo.

Plus alléchantes les unes que les autres; des petites appellations dont on entend presque jamais parler se mettent à exister. Des producteurs aphones toute le reste de l'année font le buzz pour un jour - il paraît qu'on a tous notre quart d'heure de gloire. Moi je l'attends toujours.

Bref, c'est ze place to be.

Dommage, je n'y vais pas. Je vous explique.

D'abord, la période est délicate: mes enfants passent des examens, alors je fais le taxi.

Tous les deux ans c'est pareil, je me dis que Vinexpo va changer ses dates pour moi, et puis non, c'est toujours à la mi juin.

En outre, j'ai déjà donné. Plusieurs fois. Pour Prowein aussi. L'essai n'a guère été concluant.

Unknown-1.jpeg

Pour des acheteurs qui veulent renouer un contact avec leurs fournisseurs, ou en trouver de nouveaux, ça doit être intéressant; mais le journaliste, lui, est non seulement perdu au milieu de tous ces stands, mais pour peu qu'il en trouve un à son goût, celui ci est souvent pris d'assaut, le producteur n'a pas toujours le temps, on déguste en coup de vent, c'est de l'abattage.

"Un monde d'opportunités", qu'ils disaient. Moi je dis, qui trop embrasse, mal étreint.

Bien des oenophiles aimeraient assister à ces grand' messes du vin; ne pensez pas que je suis blasé mais moi, elles ne m'attirent plus guère.

En matière de salon, je préfère les salons à thème, comme celui des Vins de Loire ou Vinisud (auxquels je ne vais pas systématiquement). Et puis surtout, je préfère visiter les vignerons. L'émotion de la rencontre. Sinon, autant recopier les contre-étiquettes et les fiches d'analyse.

Voila pourquoi votre fille est muette - euh, je veux dire, voila pourquoi vous ne me verrez pas à Vinexpo. Ca ne veut  donc pas dire que je suis mort ou en taule.

Et à tous ceux qui y seront: bonnes dégustations!

09:41 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France, Vins de tous pays | Tags : vinexpo, salon, vin | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |

Fraîcheur de Jabastas 2012

Petite dégustation entre amis, hier après-midi, chez In Vino Veritas. La session est consacrée aux nouveautés, aux découvertes. On ne sait pas ce qu'on déguste, juste le millésime et la région. On passe de Limoux à l'Autriche via la Toscane, Reuilly (très beau Clos des Messieurs de Claude Lafond) et Saint Emilion (La Tour du Pin Figeac 2010 et 2009, décevants).

Le clou de la  dégustation, le coup de coeur de l'ensemble du jury: le rouge du Château Roubine (Côtes de Provence).

Le seul rosé soumis à notre appréciation ne vient pas de Provence, lui, mais de Bordeaux. C'est le nouveau millésime du rosé de Jabastas, baptisé "Fraîcheur". Le nom est bien choisi - en tout cas, pour moi. Car c'est ce qu'on appellerait un produit "segmentant", en marketing. Deux des cinq jurés adorent, un pas trop, deux n'aiment pas.

L1060287.jpg

Rebut de la dégu? Non re-bu! (Photo H. Lalau)

Si je vous en parle, bien sûr, c'est que je fais partie du premier groupe.

Je lui trouve beaucoup de vivacité, des arômes de fruits rouges (groseille), mais aussi de brugnon, un côté juteux qui qui emplit bien la bouche. Ce n'est peut-être pas extrêmement long, mais c'est gourmand. J'ai aussi perçu une pointe de réglisse en finale.

Je l'ai rebu chez moi, tranquille. C'était encore mieux - il y avait une nouvelle dimension, des épices, du thym, de la sauge, du poivre (voila qui se mariant très bien au médaillon de porc ibérique). Ah, si seulement on pouvait accorder à tous les vins qui le méritent une seconde chance!

Pour celui-ci, c'est fait: le voici sur ce blog!

Vendu en Belgique chez Nicolas, et en France, à la propriété.

Plus d'info: www.jabastas.fr

00:24 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Tags : jabastas, bordeaux rosé | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |