21 juin 2013

Le classement de 1855 bientôt classé... patrimoine de l'humanité?

Après les Villages de Champagne et les Climats de Bourgogne, c'est maintenant le classement de 1855 qui se met sur les rangs du classement de l'Unesco. le Président du Conseil des Grands Crus Classés en 1855, Philippe Castéja,  a annoncé à Vinexpo que son association allait faire acte de candidature.

Voila pour l'info.

Maintenant, mon petit commentaire: à quoi ça sert?

Qu'est ce que l'Humanité, de Beyrouth à Calcutta en passant par Zanzibar, peut bien avoir à foutre de vins réservés à une élite fortunée - et pas forcément meilleurs pour autant?

A moins, bien sûr, qu'il ne s'agisse de bétonner un peu plus ce tableau d'honneur d'un autre âge - réalisé, en s'en rappelle, sur base des cours des vins de l'époque.

Au fait, un "classement classé" à l'Unesco serait-il révisable?

D'ailleurs, a-t-on déjà vu des sites ou même du "patrimoine immatériel" (car les carnavals de Belgique ont été classés) être déclassés? Ou bien la distinction est-elle valable ad vitam aeternam?

Et quelles contraintes les classés se voient-ils imposer, au juste, pour la préservation de ce patrimoine?  Dans le cas du classement de 1855, je me demande bien ce qu'on pourrait-on préserver? Un numéro du Journal Officiel? Une plaque en marbre?

Enfin, pour continuer dans ce mauvais esprit, je constate que la "protection" de l'UNESCO n'est pas toujours très efficace - voyez un peu comment les prescriptions urbanistiques de la "Zone protégée" sont appliquées à Saint Emilion, par exemple...

 

gribouille.jpg

Un vrai chien de dégustateur

 

J'ai bien envie de proposer ce blog au classement. Juste pour rire.

Ou alors la bande de Gaza. Au titre du patrimoine de la connerie humaine et de la misère institutionnalisée.

Ou alors, mon chien. Un vrai chien de dégustateur. Vous savez qu'il sait reconnaître une bouteillle de Léoville Las Cases bouchonnée entre mille flacons de vins surcotés?

12:00 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Drinks Business habille Bordeaux pour l'hiver

"Manipulation d'échantillons", "loi du silence", "tricherie", "menteurs", "omertà", Drinks Business y va fort à propos du microcosme bordelais, notamment à l'occasion des Primeurs. Et le pire, c'est que ce sont des Bordelais qui le disent!

C'est à lire ICI

Mais pas dans les pages des magazines spécialisés qui font à nouveau leur fond de commerce des Primeurs, ce mois-ci.

Que cela ne vous dégoûte pas de déguster de bons Bordeaux (il y en a), plutôt que d'essayer de faire des affaires...

00:06 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |