15 décembre 2013

La Tour de By, Cuvée Héritage Marc Pagès 2011

Déguster un vin de La Tour de By me ramène irrésistiblement à une soirée sur place, à la fin des années 2000.
Et à mon hôte, Marc Pagès, un grand Monsieur du vin, disparu depuis.

J'ai déjà eu l'occasion je pense, de vous dire le respect que j'avais pour celui qui aura vécu plusieurs vies - le jeune agronome en Tunisie, le soldat de la deuxième DB, l'exproprié de Tunisie, le refondateur de La Tour de By. Un homme de devoir. Un homme de convictions. Un homme comme on n'en fait plus beaucoup.

Le vin que je vous présente aujourd'hui est justement une cuvée à sa mémoire: Héritage Marc Pagès. Le millésime: 2011.
Bien sûr, c'est jeune. Le bois n'est pas encore fondu. Les fruits noirs s'estompent derrière le cacao.
Mais quelle carrure! Les tannins sont bien présents mais assez lisses.

IMG_3330.jpg

La texture est fluide, le vin coule de source comme un petit concerto de musique baroque. Corelli, ou non, Telemann, plutôt. Musique de table, bien sûr. C'est précis, mais pas précieux.
La puissance est là, mais contenue, civilisée;  l'émotion est là, aussi.
Austère, le Médoc? Vous voulez rire!

Ah oui, j'oubliais.

En théorie, on devrait jamais laisser un souvenir influencer une dégustation. Mais pour Marc Pagès, je ferai une exception. Et pour ses petits fils Frédéric et Benjamin, qui ont eu la bonne idée de lui dédier ce vin. Et de le réaliser, à partir des plus vieilles parcelles du domaine (80% cabernet-sauvignon, 20% merlot).

Respect.

00:31 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

08 novembre 2013

L'excellence pour tous (Saint Emilion AAA)

C'est dans Terre de Vins: l'excellent Château La Gaffelière ambitionne de devenir un jour Grand Cru Classé "A", à l'exemple d'Ausone, de Cheval Blanc et des deux petits derniers, l'Angélus et Pavie.

Que voila une belle ambition! Mais pourquoi s'arrêter en si bon chemin?

Standard & Poor vient de retirer son "AA+" à la France, qui est maintenant deux crans en dessous du Triple A.Voila qui risque de renchérir nos emprunts...

Bien entendu, nos ministres contestent cette décision de l'agence, "exagérément critique", dixit M. Moscovici.

J'attends l'avis de Léonarda (qui veut changer nos ministres) pour me faire une opinion définitive.

En attendant, un pays souverain n'a pas à se plier au dictat d'une officine de la finance néolibérale.

La France n'est pas un cancre prêt à accepter la remontrance d'un professeur d'économie.D'ailleurs, aujourd'hui, il n'y a plus de cancres; plus d'échec; plus de mauvaises notes; juste des matières acquises ou en voie d'acquisition.

Et si nous n'arrivons plus à payer notre dette, ni à faire rentrer nos impôts, eh bien, ça ne regarde que nous.

Alors indignons-nous! Réagissons!

220px-Le_Barbier_Dichiarazione_dei_diritti_dell'uomo.jpg

 

Pourquoi ne pas commencer par Saint Emilion? "Upgradons" la France en faisant passer toute la production de l'appellation en Premier Grand Cru Classé "A". Et même, AAA! Ce sera toujours ça de pris!

Elargissons le débat: à l'heure où 86,8% des jeunes français décrochent le bac, à quoi rime l'élitisme d'un classement qui laisse tant de domaines sur le bas côté de la route?

Rappelons le grand principe de la Déclaration des Droits de l'investisseur: "Tous les châteaux du Bordelais laissent libres et égaux".

Et la devise de la nouvelle république: "Liberté, égalité, excellence pour tous".

15:42 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |