31 décembre 2013

Derniers moments en 2013... avec un Château Guadet 2009

Derniers moments en 2013. Foin de bilans, de rétrospectives, la bouteille qui compte est celle qui reste à ouvrir.

Ce soir, ce sera un Château Guadet 2009.

Bon, je triche un peu, car je viens de l'ouvrir - pour être sur, au cas où...

Vous savez, bien sûr, que c'est toujours celui qui reçoit qui doit goûter en premier. Pas comme au restaurant. Ce n'est pas un manque de politesse, bien au contraire: c'est servir un vin dont on ne serait pas sûr qui serait manquer de respect à ses invités.

Ce vin, je l'avais déjà dégusté début 2012, à Paris, en compagnie de Guy-Petrus Lignac.

Voici ce que j'en avais écrit.

Château Guadet 2009

Assez "nouveau monde" dans l'esprit, chaleureux, pas mal d'alcool, mais de la classe. Caramel et Sirop d’érable en bouche, un millésime à part, mais on ne peut quand même pas bouder son plaisir immédiat. 15/20

photo.JPG

Château Guadet 2009 (Photo H. Lalau)


Et aujourd'hui?

L'exubérance et la chaleur se sont un peu assagies, je dirais, mais la classe est restée. Un petit côté austère au premier nez, mais qui sied à ce gentleman. Laissons-le se livrer, car c'est sûr,  il a de la conversation.

Cette fois, je le trouve un peu plus sur les épices (toujours un très joli travail d'élevage, chez Guadet) et les fruits secs que sur le caramel. Mais les tannins sont maintenant bien en place, bandés comme des muscles bien lisses sous leur chemise de soie. Je vous l'ai dit, c'est un gentilhomme!

 

Son blase? Monsieur Guadet de Saint Emilion.Noblesse oblige!


16:53 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

26 décembre 2013

Magrez, une drone d'idée

On connaissait les flying winemakers. Voici les drones.

Jamais en retard d'une guerre, Bernard Magrez vient de se doter d'un objet volant télécommandé, doté d'une caméra infrarouge, pour le suivi de ses crus classés de Bordeaux. La recherche de l'excellence décolle du sol.

Pour Bernard Magrez, visiblement enthousiaste, "C'est un outil de gestion et de mesure, de diagnostic immédiat, d'identification très rapide de tous les besoins de la vigne avec une précision centimétrique».

Évaluation des besoins en matière de traitements ou de fertilisation, entretien des sols, gestion de l'enherbement, drainage, mesure de la maturité... ce drone (dont le modèle n'a pas été révélé) sait à peu près tout faire.

Que reste-t-il aux "rampants" que nous sommes?

12:00 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Tags : drone, bordeaux, magrez, technologie | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |