30 novembre 2007

Château Trianon, Saint Emilion Grand Cru 2003

10 hectares, pas un de plus, pour ce Saint Emilion Grand Cru. Mais quels hectares! Ils touchent Angélus, Grand Mayne et Figeac...

Dominique Hébrard, son propriétaire depuis 2000, s’y connaît en grands crus : il a administré Cheval Blanc. Et il ne s’y est pas trompé : situé sur le plateau, au sud de l’appellation, le domaine présente des sols exceptionnels (argile et sable, crasse de fer et de graves). Il offre aussi une excellente répartition de cépages (et même 5% de carménère, une rareté).
En 6 ans de temps, la propriété a été passée au crible, le vignoble et les chais remis en état, la présentation rajeunie. Une seconde naissance.

 

chateau trianon


Le 2003 bénéficie déjà de ces efforts. Une année caniculaire, pas évidente - beaucoup de vins ont «séché». A Trianon, on a été prudent, en vendangeant à temps ; par ailleurs, les vieilles vignes, avec leurs racines profondes, résistent souvent mieux à la sécheresse (et celles de Trianon ont plus de 30 ans).
Au nez, du fruit rouge à peine compoté (cassis, surtout), du café et de beaux épices. En bouche, un velouté incomparable, qui enrobe des tannins bien élevés ; la puissance est là, mais contenue, comme civilisée. La finale, fumée, est très élégante. Si le mot charme peut s’applique à un vin aussi puissant, c’est bien celui-là. Beau rapport qualité prix pour l’appellation, par ailleurs.

Le 2006 dégusté en primeur s’annonce également assez bien, plutôt riche pour le millésime, ce qui prouve que Trianon est un vrai grand cru, indépendamment des aléas climatiques.
On en veut pour preuve les notes accordées au 2005 par le Wine Spectator (89-91/100) et par Jancis Robinson (16/20). Pas courant, pour un nouveau propriétaire.

 

17:58 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

L'Ecole du Vin de Bordeaux débarque en Belgique

Régulièrement, le CIVB confirme toute l’importance du marché belge pour les vins de Bordeaux – toujours premier débouché en volume à l’exportation, et le 3ème en valeur.

Sur toute la campagne 2005-2006, 339.000 hl de vins de Bordeaux ont été exportés vers la Belgique, pour un chiffre d’affaires de 138,4  millions d’euros, en hausse de 10%. Le plat pays représente 28,6 % des expéditions totales.  
Il s’agit essentiellement de rouges (à 82%).
Au sein des rouges, l’appellation régionale Bordeaux arrive en tête avec 29% des expéditions, suivie de l’AOC Bordeaux Supérieur (12,5%), et les AOC Médoc et Haut-Médoc (12%).
La Belgique reste cependant le premier marché des vins blancs de Bordeaux. L’AOC Bordeaux blanc concentre 12,4% des expéditions bordelaises globales.

  

Ecole du vin

 

Pas étonnant, dès lors, que l’Ecole du Vin du CIVB, «ambassadrice  de l’image et de la qualité de nos terroirs», débarque en Belgique, en partenariat avec des instituts de formation.

Plus d'info: CIVB, valerie.descudet@vins-bordeaux.fr

11:28 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |