07 mai 2008

Malartic-Lagravière

Cette propriété de Pessac-Léognan appartient à M & Mme Bonnie, d’origine belge, depuis 1997. Ceux-ci ont tout remis à neuf, le nouveau cuvier ultra-moderne étant conçu autour d’une idée: respecter au maximum les peaux du raisin.
Côté vignes, on note une forte densité de plantation (10.000 pieds), et des rendements faibles (35 hl/ha). Le terroir (croupe de graves sèches) est réputé. A noter que les Bonnie ont replanté un hectare de petit verdot qu’ils utilisent comme épice. «Seul, cela marque trop». On le voit, on a affaire à des perfectionnistes et ma foi, c'est plutôt rassurant pour un tel cru.

J'ai visité le domaine grâce à la complicité de Colruyt. J'ai pu y déguster non seulement une série des vins de Malartic, mais également ceux de Gazin-Rocquencourt, autre domaine de Pessac-Léognan (28 ha) acheté par les Bonnie en 2006. Voici mes notes.

 Malartic-Lagravière

 

 

 

Gazin-Rocquencourt Pessac Léognan 2006 *(*)

Groseille, mûre, bouche ample, assez grasse, tannins fins, encore marqué par le bois, dur. La matière est là, mais brute.

Gazin-Rocquencourt Pessac Léognan 2005**(*)

Groseille mûre au nez; la matière tannique, bien présente, est beaucoup mieux intégrée, le côté toasté ressort encore. Un vin puissant, solide, marque d'un beau terroir  (une autre croupe graveleuse), très propice au cabernet-sauvignon. Terroir auquel les Bonnie veulent redonner son lustre. 60% cabernet sauvignon.

Malartic Lagravière Pessac Léognan 2006**(*)

Petits fruits noirs un peu compotés, trame serrée, bonne bouche assez ronde, moins marqué par le bois, les tannins sont très présents en finale, mais mûrs. Très séduisant, dans un style plus policé que Gazin Rocquencourt.

Malartic Lagravière Pessac Léognan 2005 ***

Joli fruit rouge, du charme, bonne acidité, les tannins doivent encore s’intégrer, mais superbe matière. Un travail d'orfèvre, l'archétype du beau Bordeaux élégant. Futur grand vin.

Malartic Lagravière Pessac-Léognan blanc 2006*(*)

80% sauvignon, 20% sémillon; notes d’agrumes, ananas, un peu de levure, un peu dissocié, mais vient d’être embouteillé ; bonne matière et bonne acidité, finit sur une belle touche de minéralité.

Malartic Lagravière Pessac-Léognan blanc 2005**

Notes grillées, bouche plus fondue, très Graves, assez mûr ; 85% sauvignon. Encore du potentiel (5 ans au moins) mais commence à donner une bonne idée de sa valeur.

07:36 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

26 avril 2008

Derenoncourt à Bruxelles

Superbe dégustation commentée de quelques vins de Stéphane Derenoncourt, hier soir à Bruxelles, avec et par Derenoncourt lui-même.

Cela vaut plus que quelques lignes sur ce blog, aussi y reviendrai-je.

En attendant, comme mise en bouche, cette belle phrase du "mécano-viticulteur" à propos des vins dits nature: "Ca fait trop longtemps qu'ils nous pourrissent les bars à vins. Le cuir, d'accord, le crottin de cheval, non".

Stéphane est un type très direct, les pieds sur terre, et ses vins lui ressemblent. 

 

derenoncourt

 

 

08:14 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |