29 mai 2008

La cartographie bientôt à la portée de toutes les bourses?

Mon ami Frédéric Fleuri me fait passer cette info sur le développement d'une technologie de cartographie des vignobles jusqu'ici réservée à une élite, mais qui pourrait bien se vulgariser.  

La Cave des Hauts de Gironde est la première Coopérative à utiliser la technologie ARP (Automatic Resistivity Profiling), une technologie réservée jusque là aux grands crus classés.
Le but est simple, exprimer au mieux les qualités de son terroir, parcelles par parcelles en permettant d’améliorer encore la gestion technique parcellaire de ses adhérents. Le moyen: établir grâce à l’ARP, une cartographie de très grande résolution de toutes les parcelles. Cette cartographie permet de raisonner au plus juste les choix au moment de la plantation, mais aussi d’optimiser les drainages, le travail du sol, le matériel végétal et les regroupements parcellaires au moment de la vendange.

Développée par la société Geocarta à partir de recherches du CNRS, cette technologie est un outil de zonage qui permet d’optimiser les mesures réalisées en aval. Le dispositif mesure la résistivité électrique du sol. Tous les 20 cm, du courant électrique est injecté par une paire de roues. Trois autres paires de roues mesurent la résistivité du sous-sol à 3 profondeurs différentes (50cm, 1m et 2 m). Les sols de graves, de sable ou d’argile n’ont pas les mêmes résistances au passage d’un courant électrique. Le traitement des données acquises sur le terrain fournit une information fiable et pérenne sur l’hétérogénéité des sols, leurs potentiels hydriques ainsi que sur le relief des parcelles.

Lorsque la Cave des Hauts de Gironde a lancé ce projet en 2006 (Cartographie des Terroirs de Tutiac), elle s’est heurtée au coût des travaux de pédologie classiques et à la difficulté d’établir un zonage objectif de ses 2500 hectares de sols. Elle s’est alors orientée vers la technologie ARP pour établir une cartographie précise (au 1200ème). Le projet se déroule en 3 temps : Cartographie des parcelles par ARP, pédologie (fosses et analyses de sol) raisonnée à partir de ces cartes puis intégration des cartes agro-pédologiques dans le SIG (Système d’Information Géographique).
L’ensemble aidera les 550 adhérents dans leur gestion technique, pendant la campagne viticole (enherbement, fumure,…) et pour la récolte (optimisation des dates de récolte et meilleure gestion des îlots de vendange).


Contact Presse : Frédéric FLEURI - presse@agence-fleurie.com – Tel : 09 63 02 87 39

07:17 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

22 mai 2008

Petit Village, petite visite

Lors du dernier Concours Mondial de Bruxelles, délocalisé à Bordeaux, les quelques visites organisées dans les vignobles environnants m’ont permis de faire connaissance avec un Domaine de Pomerol, Château Petit Village. La dégustation était limitée (2 vins), mais néanmoins instructive.

Petit Village1
Château Petit Village (Photo H. Lalau)

 

Petit, mais bien situé

Beau domaine de 11 ha, avec vue sur l’église de Saint Emilion, Petit Village a bénéficié de pas mal d’investissements de la part de son nouveau propriétaire, Axa Millésime.
C’est dans le chai que cela se voit le plus –  un nouveau cuvier de luxe, tout d’abord, utilisé pour la première fois en 2007. en attendant une nouvelle table de tris, et surtout une déco très zen, yin & yang, qui doit faire chaud au cœur des visiteurs asiatiques. Mais les soins apportés à la vigne ne sont pas moins importants : sans eux, 2007 aurait certainement été une année noire.
Le vignoble, d’un seul tenant, entoure le chai. Les sols de graves profondes reposent sur une sous-couche d’argilo calcaires avec en prime quelques crasses ferriques et des alios.  Serge Ley (Directeur technique) et Daniel Llose, qui soignent ce grand jardin, connaissent presque leurs ceps par leurs prénoms. Bon an mal an, Petit Village assemble 75% de merlot à 18% de Cabernet Sauvignon et  8% de cabernet franc.

 

 Petit Village 2

Petit Village est sur Pomerol, mais présente une vue imprenable sur Saint Emilion (Photo H. Lalau) 


L’avantage d’être dans un grand groupe et dans un beau terroir : on ne regarde pas au temps ni au coût pour assurer la qualité de la matière brute ; tri à la vigne, récolte à la main et en cagettes, deuxième tri au chai.
Après, ça continue dans le style «haute couture ». Depuis 2006, Petit Village profite des conseils de Stéphane Derenoncourt, qui a succédé dans ces fonctions à Michel Rolland. Inutile de vous dire que les deux vins servis ayant été vinifiés chacun par un consultant différent, nous avons traqué l’opposition de style. Compte tenu des différences de millésimes (2005 contre 2007 !), je vous avour que je n’y suis pas vraiment parvenu.

Petit Village 2007

Notes de fruit frais, bouche fine où le bois domine encore ; pas mal de minéralité, tannins encore disjoints, un « bébé »  bien difficile à juger. Du potentiel, cerainement.

Petit Village 2005


Belles notes de cacao, plus toasté, plus massif, la patte Rolland, nez un peu fermé actuellement comme  beaucoup de merlots, bonne acidité quand même, finale grillée **(*) A redéguster.

Un petit message personnel pour conclure. Si comme moi, vous avez confié à Axa vos assurances auto, vous êtes « un petit peu » propriétaire de ce petit Village.
Alors, l’an prochain, je suggère à Axa de me rembourser un trop perçu pour ma 106… en liquide. Trois bouteilles de 2005 feraient mon affaire.

19:59 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |