13 décembre 2008

In Bureau Veritas

On s'en rappelle, le pilotage de la sélection des Crus Bourgeois du Médoc a été confié au Bureau Veritas, pour redonner vie à ce classement invalidé l'an dernier.

Le cahier des charges prévoit notamment que les les propriétés qui auront satisfait aux critères de candidature seront visités individuellement par le Bureau. Celui-ci garantira aussi l'anonymat de la dégustation de classement, et la constitution des jurys par des dégustateurs préalablement formés.
La mention «Cru Bourgeois» ne sera valable que pour le millésime considéré; par contre, un vin recalé ne le sera que pour un an (contre dix ans jusqu'à présent).

En 2009, les dégustateurs jugeront les vins du seul millésime 2007, selon une grille d'évaluation spécialement conçue.

Pour pouvoir déposer une candidature, il faudra pouvoir présenter la preuve de son homologation dans l'appellation. Deux seuils plancher ont été établis: ne pourront concourir que les domaines qui possèdent au moins 4,5 hectares en appellation communale, et 7 hectares dans les AOC Médoc et Haut Médoc. Curieuse restriction dont on espère qu'elle ne sera pas à l'origine de nouveaux recours...

 

BVLogo_Small

 

 

 

 

 

 

Note pour mes confrères d'IVV: Si le Bureau Veritas est la cheville ouvrière du nouveau classement, le Bureau In Vino, lui, n'y est pour rien!

09:59 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

05 décembre 2008

Veuillez agréer, Monsieur...

Ayant lu dans Sud Ouest que 400 contrôles ont été effectués par Qualibordeaux dans le cadre de la nouvelle organisation de l'agrément, j'ai envoyé cette demande au service de presse du CIVB:

"Comptez-vous publier les taux de déclassements et de suspensions d'habilitation?
Ce serait rassurant pour les consommateurs de pouvoir mesurer le sérieux de ce nouveau type de contrôle, qui ne se fait plus qu'à posteriori".

Voici la réponse qui m'a été faite:

"Quali-Bordeaux a pour mission de contrôler le respect des règles définies dans chacun des cahiers des charges d’AOC.
Les contrôles de Quali Bordeaux  font donc partie d'un process de contrôle interne à la filière.
Les taux de déclassement ou suspension n'ont pas à faire l'objet d'une publication

Concernant votre dernière remarque, il me semble que ce qui rassure tout consommateur que nous sommes, c'est que les vins comme tous les autres produits d'ailleurs (alimentaire ou non) soient  contrôlés et conformes".

Je ne peux malheureusement pas dire que cela me rassure ni ne... m'agrée. Et je maintiens qu'un système performant n'a rien à perdre se montrer transparent.

12:47 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |