26 juin 2009

Coupe des Crus de Saint Emilion 2009

La Coupe des Crus de Saint-Emilion, organisée tous les deux ans par le Conseil des Vins de Saint-Emilion, s’est déroulée à Bordeaux dimanche dernier. 135 crus y ont participé, représentant les deux AOC de Saint-Emilion, ainsi que deux crus satellites, à savoir Lussac et Puisseguin (mais ni Montagne ni Saint Georges, qui ne font pas partie du Conseil).

La formule retenue est celle de matchs éliminatoires au cours desquels les crus s’affrontent par appellation, deux par deux, sur trois millésimes 2004, 2005 et 2006.

Les lauréats sont:

COUPE SAINT-EMILION 2009
XX de Corbin Anabelle CRUSE-BARDINET

COUPE LUSSAC SAINT-EMILION 2009
La Croix de Peyrolie Château Fombrauge SAS

COUPE PUISSEGUIN SAINT-EMILION 2009
Château Le Bernat Monsieur et Madame LE ROY

COUPE SAINT-EMILION GRAND CRU 2009
Château Fombrauge Bernard MAGREZ

07:55 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

25 juin 2009

Rififi à Vinexpo

Avant hier, les organisateurs de Vinexpo et ceux d'Italissima, un pavillon "off" implanté en face du salon, en sont venus aux mains. Vinexpo reproche à Italissima une concurrence déloyale, Italissima accuse Vinexpo d'avoir détourné ses échantillons, et sa directrice Anna Serio accuse même le directeur marketing de Vinexpo François Ley de voies de fait à son encontre.

Tout cela fait le bonheur des huissiers et avocats bordelais. Le Commissaire Général de Vinexpo Robert Beynat, lui, dit ne rien savoir de l'altercation. Mais pour faire bonne mesure, il envisage d'attaquer tous les organisateurs de manifestation "off".

C'est d'autant plus inattendu que lors de la conférence de clôture de Vinexpo, il se flatte du succès de l'édition 2009. Traduisons pour les plus incrédules: le nombre de visiteurs a moins baissé que sur d'autres salons.

Son président Xavier de Eizaguirre (en service commandé) est sur la même ligne: "L’heure n’est plus à la morosité : la confiance est revenue de part et d’autre, les acheteurs sont aux achats et le moral des négociants et des producteurs repart."

Courte réaction d'un professionnel anonyme: "On connaît une définition de l'infini, à savoir l'égo de Robert Beynat".

Et je vous jure que ce n'est pas moi qui l'ai dit.

 

08:13 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |