20 septembre 2009

Sur le blog du GJE...

La polémique fait toujours rage, sur le blog du GJE, à propos de la fameuse dégustation de chez Laurent. Pensez donc, un "même pas classé", Reignac, s'est invité en deuxième position du palmarès, coiffant, et de loin, bon nombre de "statues du commandeur".

Encore plus intéressantes sont les réactions de la Planète Bordeaux - surtout la planète commerciale (voir sur LPV)

Il est vrai qu'un classement coulé dans le bronze sert au mieux les intérêts de ceux qui vendent les grands noms. Mais nous qui, parfois, avons la chance les déguster, et sommes donc en mesure, parfois, d'en recommander l'achat - pour un prix conséquent - avons le devoir d'être objectifs.

Voici le lien: http://gje.mabulle.com

10:58 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

17 septembre 2009

Le Guadet de mes soucis

Guy-Petrus Lignac est un homme affable. Mais c’est un homme blessé. Propriétaire de Château Guadet, il est un de ceux par qui le scandale est arrivé. Je veux parler de la remise en cause du classement de Saint Emilion. La question n’a que trop reçu d’attention médiatique à mon goût; je n’ai guère l’envie d’en rajouter, car j’ai toujours trouvé dommage que les Saint-Emilionais n’aient pas pu laver leur linge en famille. Quoi qu’il en soit, aujourd’hui, Lignac fait un peu figure de paria – même au sein du négoce - ce qui est injuste au vu de la qualité actuelle de ses vins.

vignob

Guadet vu des vignes


Qu’il me soit donc permis de souhaiter, comme journaliste, mais aussi comme simple citoyen buveur, que toute la «famille» de Saint-Emilion range ses couteaux, se mette autour de la table et règle une bonne fois pour toute ce problème du classements dans un esprit d’apaisement.
Certes, il y a de gros intérêts en jeu derrière la mention «cru classé» - il paraît que de Denver à Kuala Lumpur, certains y attachent beaucoup de prix; il y a aussi beaucoup d’orgueil. Mais à qui profite la polémique, sinon aux avocats ?


Moyennant un peu de rigueur dans les procédures de classement (composition et feuille de route des commissions, notamment), un bon effort d’explication de la part des «responsables» (bien sûr que tout le monde ne peut être classé!), et surtout la volonté de retrouver la sérénité, cela devrait être possible.

Le prochain classement se profile déjà à l’horizon, il n’est que temps de mettre fin à ce qui a pris des allures de vendetta...

En attendant, voici mes notes sur les vins de Château Guadet dégustés sur place.



Château Guadet 2008

Epice, vanille, grain fin, très suave, serrée (tiré sur fût)

Château Guadet 2007

Humus, sous bois, quelques notes de paprika, fruit, acidité, à boire, quel plaisir charnel**

Château Guadet 2006

Fruit plus mûr, fraise écrasée, superbe équilibre en bouche, épices, magnifique.**

PS. J'ai beaucoup de mal à comprendre les notes très basses attribuées aux Guadet 2007 et 2006 dans la dernière RVF. Ceux-ci sont d'ailleurs cités en dernier dans les deux dégustations de 2007 et 2006. Je vous lis les commentaires de mes confrères de la RVF: "Très simple, avec un fruit qui se fane. La bouche est trop fluide". Parle-t-on vraiment du même vin?

Mes propres impressions ont été corroborées sur place par deux journalistes belges. Je ne peux croire que la RVF s'abaisserait à noter les vins "à la tête du client', et s'amuserait à "faire payer " à Guy-Petrus Lignac ses engagements. Ne mélangeons pas les genres.

 

09:48 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |