23 septembre 2010

Un peu chère, la culture...

Comme d'habitude, il pose les bonnes questions, notre ami César Compadré, de Sud-Ouest: "Le dossier du Centre Culturel du Vin de Bordeaux a peut-être un peu de plomb dans l'aile".

Bon, on est tous favorables à ce qui peut renforcer le rayonnement du vin dans le monde, et Bordeaux, ville de vin, nous paraît un bon choix. Mais le budget se pose là: 55 millions d'euros, dont 10 millions pour la "scénographie" (non compris les productions), c'est du lourd. Le hic, c'est qu'en face, les bailleurs de fonds n'alignent actuellement qu'une douzaine de millions.

On évoque déjà une révision de la dépense à la baisse, autour d'une trentaine de millions.

Le directeur du projet, lui, croit dur comme fer dans "un centre ambitieux, à 55 millions".

Je n'ai pas tous les éléments pour juger, mais ces sommes me semblent bien élevées. Combien de visiteurs faudra-t-il pour rentabiliser? Sur combien d'années?

La culture, ça coûte cher, bien sûr. Mais quelles retombées ce projet aura-t-il sur la version "viti" de la culture? Sur les ventes de vin? Le CIVB est prêt à miser 5 millions d'euros dans le Centre, ses adhérents aimeraient sans doute savoir s'ils reverront l'argent.

On taxe parfois les journalistes vineux de parasites - pas toujours à tort. On dit qu'ils coûtent cher pour ce qu'ils rapportent. Mais quid des "scénographes" et des bétonneuses!

On parle aussi de 750 emplois créés. Bacalan se prendrait-il pour le Louvre? Il manque les momies... Ou bien cela comprend-il l'inévitable hypermarché, le complexe cinéma, le centre de congrès et le commissariat de Police?

Au fait, quelle idée d'aller implanter ce centre à Bacalan! Bordeaux est peut-être Patrimoine Mondial de l'Unesco, mais Bacalan, c'est Périphérie Mondiale de Banlieue! Ne pouvait-on trouver au Centre de la Ville un hôtel de maître du 18ème, près des quais, et au pied du tram? Ou à défaut, un beau château dans le vignoble? Parce que l'oenotourisme de banlieue, c'est un peu limite, vous ne trouvez pas? L'aménagement du territoire, c'est bien, la revitalisation des friches, aussi, mais il faut pas pousser le touriste dans les orties!

On nous dit que le Centre n'aura pas d'équivalent dans le monde. A priori, c'est vrai au moins sur un point: sur le dépassement du budget!

Bon, je ne demande qu'à changer d'avis. Qu'à être convaincu. Par le contenu du projet, notamment. Car s'il veut devenir "plateforme pour expliquer le monde du vin, et envoyer ensuite les visiteurs dans les vignobles", le Centre devra aligner autre chose que des millions.

15:34 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

19 septembre 2010

Des mythes plein l’armoire

Image forte pour esprit faible, comme dirait mon ami Marc : Château Ausone 2009 est «offert» en primeur pour le prix du salaire minimum, 1300 euros.
Et alors? Personne n’est obligé d’acheter. Pas plus que les djeuns ne sont obligés de télécharger sur iTunes la Playlist des chansons préférées de Thierry Henry – vous savez, ce handballeur qui n’a pas joué ou presque en Afrique du Sud, avec les zéros fatigués de l’Equipe de Transe…

En plus, 2009 est un millésime du siècle. Le quatrième en 9 ans, pour être précis. Et le siècle ne fait que commencer!
La morale de l’histoire : il n’y a pas de prix prohibitifs, il y a juste des gens pour qui le prix ne compte pas.
Des gens désintéressés qui ne se préoccupent pas des détails matériels.
Comme cet avocat d’affaires qui s’était fait construire une piscine aux frais de son client, un groupe de vin. Prié de s’expliquer en justice, l’avocat  n’a pas nié les faits; il a juste déclaré qu’il n’avait aucun intérêt pour les détails matériels. Il est vrai qu’une nouvelle piscine, c’est un détail qui passe facilement inaperçu dans une propriété.

Alors faisons comme lui, désintéressons-nous du sordide. Ausone peut même en remettre une couche (ah ah !), je n'en achèterai ni plus ni moins.

Pour ceux qui s’intéressent vraiment au vin, et pas seulement aux mythes dans l’armoire, il y a tant de jolis petits crus, tant de découvertes à faire. J'espère y contribuer.

09:21 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France, Vins de tous pays | Tags : vin, vignoble, bordeaux, grand cru | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |