23 février 2011

En conversion

Vitisphère, un site décidément bien informé, parle pas mal d'écologie en ce moment (même pour fustiger les écologistes). Ce matin, j'y apprends que les Vignerons de Buzet lancent un vin "issu de raisin en conversion vers l'agriculture biologique".

Deux remarques:

-Primo, je ne savais pas que les raisins avaient des opinions, qu'elles soient religieuses, philosophiques ou environnementales. Que des gens décident de convertir un vignoble en agriculture biologique, ça a un sens. Sens littéral. Sens éthique. Sens économique. C'est selon. Mais que des raisins décident de se convertir, ça n'en a aucun.

Pourtant, surtout quand on est une grosse coopérative et qu'on se met au bio (ce qui, à tort ou à raison, peut être taxé d'opportunisme), il faut parler précis, parler vrai.

-Secundo, j'aimerais comprendre ce que cela signifie concrètement. Que les raisins contiennent encore quelques joyeusetés chimiques emmagasinées au fil des années précédentes? Qu'ils en contiennent moins? Dans quelle proportion? Bref, quelle garantie cela donne-t-il au consommateur?

Bon, à présent, un scoop: ce blog est en conversion vers l'écriture intelligente.

Ca prendra le temps qu'il faut, mais j'ai sauté le pas. Mes raisins - je veux dire, mes articles, vont vraiment s'améliorer. Un jour.

11:12 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, Pour rire, Sud-Ouest, Vins de tous pays | Tags : vin, vignoble, buzet | Lien permanent | Commentaires (8) | | | |

Un Corbin peut en cacher un autre

Corbin est un hameau un peu excentré de Saint Emilion. Lors d'une visite au Château Corbin, il y a deux ans, j'ai appris qu'il s'agissait d'une vieille villa romaine, peu à peu démantelée au fil des siècles. Aujourd'hui, il y a ainsi Corbin, Grand Corbin, Grand Corbin d'Espagne, Petit Corbin d'Espagne et Haut Corbin. Tout ce petit monde s'entend assez bien, on se parle, on fait même la fête ensemble et on essaie de développer des activités et de la prospection en commun. C'est comme ça que cela devrait se passer partout où l'on partage un patrimoine.

Grand Corbin.jpgGrand Corbin

Aujourd'hui, deux de ces Corbin unissent carrément leur destinée: Haut Corbin (6ha), aux mains de la mutuelle SMBATP, rachète Grand Corbin (15ha) à la famille Giraud, propriétaire de ce cru depuis 1960.

Pour rappel, la SMBATP possède également le Château Le Jurat, toujours à Saint Emilion, ainsi que le Château Cantemerle, un cru Classé du Haut Médoc, naguère dans l'écurie Cordier.

Pour la petite histoire, lors de la déléimitation des AOC bordelaises, dans les années 1930, les Corbin, situés entre les deux appellation ont pu choisir entre Pomerol et Saint Emilion. Ils ont opté pour la première.

 

00:20 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Tags : vin, vignoble, corbin, haut corbin, grand corbin, giraud | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |