07 mars 2011

En parlant de terroir et d'histoire: Château Margaux

On s'imagine parfois que les grands vins ont toujours été grands, notamment à Bordeaux. Rien de plus faux. Prenez Château Margaux. Avant le 16ème siècle, pas de vigne sur ce qu'on appelle alors "La Motte".

Ce n'est qu'en 1572 qu'un certain Pierre de Lestonnac fait le pari de la viticulture sur une terre où ne pousse alors que des céréales. Le vin qu'on n'y fait n'est qu'un modeste claret, que les Hollandais distillent sans doute comme tous les autres pour mieux l'exporter...

Ce n'est qu'au début du 18ème siècle que Château Margaux émerge vraiment de la masse. Un certain Berlon, régisseur de son état, et qui a oublié d'être sot, décide de vinifier séparément les rouges et les blancs: sacré travail, car les cépages sont complantés, à l’époque.

800px-Château_Margaux.jpgChâteau Margaux, le palais (photo Benjamin Zingg)

Berlon a le sens du détail: il décrète aussi que les raisins doivent être vendangés une fois la rosée du matin évaporée, pour éviter que leur couleur soit «diluée et pâlie par l’excès d’humidité»… Surtout, il établit une carte de ce que l’on n'appelle pas encore le terroir et identifie les meilleures parcelles. Notamment les croupes graveleuses.

Les résultats ne se font pas attendre: dans les années 1730-1740, le Chancelier de L’Echiquier puis Premier Ministre anglais Walpole commande 4 fûts de Margaux par trimestre (qu’il omet parfois de payer); en 1771, Margaux est le premier «claret» à apparaître dans le prestigieux catalogue de Christie’s, à Londres. Cette faveur s’étend même aux Amériques: en 1784, Thomas Jefferson, ambassadeur des Etats-Unis en France, met «Château Margau» en tête de liste des grands Bordeaux de l’époque... et passe un belle commande.

Il y aura encore bien des vicissitudes (notamment la révolution, puis une suite de propriétaires peu au fait de la viticulture). Mais depuis, Margaux a su regagner ses galons.

Pourquoi je vous en parle? Parce que le terroir a bon dos. Il n'est rien sans les hommes.

 

10:52 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Tags : vin, vignoble, château margaux, classique, terroir, bordeaux, grand vin | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

25 février 2011

Escapade en Graves

Deux crus classés des Graves, Carbonnieux et Haut-Bailly, proposent aux oenophiles quatre journées de découverte placées sous le signe de la décontraction, "Les Bilocolores"...

Le rouge du Château Haut Bailly 'Pessac Léognan) et le blanc de Carbonnieux.

 

Cela se passe les samedis 7, 14, 21 et 28 mai.

PAF: 12 euros.

Sur réservation uniquement.

Possiblilité de déjeuner sur l'herbe dans le parc de l'une ou l'autre des deux propriétés.

Bicolores  mai 2011-gm.jpg

 

 

Plus de renseignements/Réservations: visites@chateau-haut-bailly.com

00:25 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |