22 décembre 2011

Cheval Blanc comme neige

Je ne discute pas les décisions de justice, je fais confiance à la justice de mon pays, et bla bla bla; mais je suis consterné que des juges aient cru bon d'interdire au Château Guiraud-Cheval Blanc l'utilisation de cette dernière mention. Je me demande d'ailleurs comment le château va bien pouvoir s'appeller, dorénavant, car Guiraud tout seul n'est certainement pas plus indiqué!

118017 guiraud cheval blanc.JPG

Cette étiquette sera désormais interdite

Je suis encore plus déçu que le grand Cheval Blanc ait jugé bon de faire un procès à son petit "rival", qui, pourtant, portait ce nom de temps immémoriaux (Cheval Blanc est un lieu-dit de la commune de Saint-Ciers-de-Canesse); et je me demande toujours en quoi un Côtes de Bourg à 7 euros peut porter ombrage à un Classé de Saint Emilion.

C'est petit, pour un Grand Cru.

En conséquence de quoi je me propose de boycotter le Château Cheval Blanc, dont, de toutes façons, les tarifs ne correspondent pas à mon train de vie, et dont l'architecture grandiloquente me déplaît souverainement.

Comment un permis de construire a t-il pu être délivré pour cette bouse blanche dans un vignoble classé patrimoine de l'humanité? La question me taraude toujours.

Pas un juge pour s'intéresser à ce point là. Cheval Blanc comme neige, en quelque sorte.

 

00:54 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

15 décembre 2011

Adieu Bordeaux, bonjour la Chine?

C'est la nouvelle du jour pour l'AFP, et même pour le site de Terre de Vins qui reprend l'histoire: dans une dégustation à l'aveugle, à Pékin, 5 vins chinois de la région de Ningxia (la plus prometteuse de Chine, selon les aficionados) ont été mis aux prises avec 5 Bordeaux. Le jury était constitué de 10 experts, 5 Chinois et 5 Français.

Et que croyez-vous qu'il arriva? Les vins de Ningxia ont pris les 4 premières places.

Voila qui nous rappelle furieusement le fameux Jugement de Paris de 1976. Remplacez Steven Spurrier par Jim Boyce (Grape Wall of China), la Californie par la Chine, et le tour est joué.

Great_Wall_of_China_July_2006.JPG

The Great Wall of China

A ceux qui s'inquiètent déjà pour leurs investissements en grands crus de Bordeaux, je conseille quand même de lire ce qui suit.

Contrairement à l'AFP et à Terre de Vins, je me suis intéressé à la liste des vins de Bordeaux présentés pour l'occasion. Je craignais d'y voir Latour, Margaux, Haut Brion ou Petrus. J'en ai été quitte pour la peur: les 5 Bordelais sont 5 cuvées de négociants, plutôt basiques. A savoir:

Barons de Rothschild Collection Saga Médoc 2009, Calvet Réserve de L’Estey Médoc 2009, Cordier Prestige Rouge 2008, Kressmann Grande Réserve St-Émilion AOC 2008 et Mouton Cadet Réserve Médoc 2009.

Je crois effectivement qu'on peut trouver mieux en Chine ou ailleurs. A Bordeaux aussi!

Chiche maintenant qu'on fait le contraire, des cuvées de gros faiseurs chinois contre des grands crus bordelais?

La morale de cette histoire: les vins chinois progressent; on ne pourra sans doute plus continuer longtemps à vendre de la daube en Chine. Des grands vins, par contre, sans doute.

La morale de cette morale, maintenant: les dépêches AFP doivent être lues avec attention, non seulement pour ce qui y est écrit, mais aussi pour ce qui n'y est pas.

10:48 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, Chine, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (7) | | | |