23 février 2012

Le Pavillon Rouge (Château Margaux) pourrait passer à la capsule à vis

Château Margaux - un domaine qu'on ne peut pas taxer d'avant-gardisme échevelé - vient d'annoncer les résultats des essais de Pavillon Rouge embouteillé sous capsule à vis. Il sont très positifs.

capsule à vis,vin,margaux,pavillon rouge

Pavillon Rouge

L'administrateur-gérant du domaine, Paul Pontallier, ne fait pas mystère de ses déboires passés avec le bouchon de liège; il parle de "déception" et de "frustration" (alors qu'on peut imaginer que la maison n'achète pas des bouchons premier prix).

C'est qu'il est d'autant plus triste de voir un vin gâché par le goût de bouchon lorsqu'il s'agit d'un vin choyé comme le second vin de Château Margaux. Voila un témoignage qu'on n'est pas prêt de lire sur le site de Planète Liège.

Depuis 2002, date de ses premières expérimentations avec les bouchages dits alternatifs, Paul Pontallier a aussi essayé le synthétique, mais n'a pas été convaincu. Pas du tout. La capsule à vis, par contre, a été à la hauteur se ses attentes. Il estime avoir maintenant assez de recul pour passer bientôt au stade de la commercialisation. A quoi servirait d'expérimenter si ce n'était pour utiliser les résultats dans la pratique, au service du vin et du consommateur?

Et à quand une capsule sur le premier vin?

11:45 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Tags : capsule à vis, vin, margaux, pavillon rouge | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |

20 février 2012

Lettre ouverte à l'Union des Grands Crus de Bordeaux

Un jeune confrère, Yohan Castaing (anthocyanes.fr), me fait passer ce message au sujet d'un refus d'accéditation aux prochaines dégustations en primeur de Bordeaux.

Ce n'est pas parce que je suis opposé au système des Primeurs (et refuse d'y participer) que je ne peux tenter d'aider un confrère dans le besoin.

Je publie donc sa lettre en espérant que cette diffusion pourra l'aider dans sa quête. Sans connaître les critères de sélection appliqués, je ne peux préjuger du résultat de cette démarche, je ne doute pas que Mme Cazes voudra bien y apporter l'attention qu'elle mérite.

"L’UGCB (Union des Grands Crus de Bordeaux) est une vénérable institution qui organise des dégustations des grands crus de Bordeaux dans le monde entier. Organisatrice des dégustations Primeurs, elle réalise un très beau travail en terme d’organisation.

Mais malheureusement, cette vénérable institution est aussi “sélective” pour ne pas dire discriminante.

Nous avons demandé depuis 2 ans à participer aux dégustations Primeurs comme journalistes spécialisés dans le vin. L’année dernière nous avons essuyé un refus poli. Soit, nous étions jeunes et frêles.

Cette année, après examen de notre candidature, les vénérables administrateurs, tous des propriétaires de grands crus bordelais, n’ont pas souhaité nous permettre d’assister aux dégustations dites “assises”. En effet, il existe des dégustations debout et des dégustations assises à l’aveugle pour la presse professionnelle. Mais comme nous ne faisons pas parti du sérail, que nous souhaitons pas faire jouer nos réseaux et que nous sommes une petite revue sans importance…..nous avons été blackboulés (le terme est juste pour donner une image des réseaux bordelais) sans aucune forme d’explications.

J’ai reçu ce matin un mail d’un responsable m’informant que la demande avait été refusée et que je serais reçu parmi les journalistes “généralistes”. Ce dernier n’a pas pu me donner d’informations puisqu’il n’en a aucune. En d’autres termes, la demande a été refusée mais pas circonstanciée.

Dernière chance, une demande faite directement auprès de Mme Sylvie Cazes, présidente de cette institution. Nous verrons bien !

Chers lecteurs, je ne pourrais pas vous faire partager les dégustations Primeurs du millésime 2011 car l’UGCB ne souhaite pas recevoir de journaliste indépendant !…."

Yohan Castaing

13:14 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |