18 janvier 2013

Une histoire belge (ou plutôt, belgo-néerlandaise): le Fyra

Vous connaissez la dernière histoire belge? Ou plutôt, belgo-néerlandaise?

Elle s'appele Fyra. C'est le nom du nouveau train à grande vitesse qui relie Bruxelles et Amsterdam depuis le 9 décembre dernier.

Enfin, qui relie... quand il n'a pas de problèmes avec les aiguillages, quand il n'affiche pas de retards inexpliqués, quand il ne circule pas à vide et quand les portes s'ouvrent (embêtant, en cas d'évacuation forcée).

france-vins,fyra,train,pays-bas,amsterdam

Le Fyra a fière allure (Photo Wiki O5)

Dès le début, il y a à peine un mois, en effet, le Fyra a eu des petits soucis techniques - les Belges et les Néerlandais se rejettent la responsabilité - "c'est pas nous, c'est votre réseau qui est mal entretenu...", mais en définitive, c'est le voyageur qui paie. Deux fois, d'ailleurs, puisque les tarifs ont doublé par rapport au service préexistants.

Ce qui n'empêche pas les Anversois de l'appeller l'Alditrein, en référence à sa conception plutôt discount. Les Bataves, fidèles à leur réputation, ont acheté le moins cher, dit-on; et le moins cher était l'Italien Ansaldo, en l'occurrence... Résultat: 5 ans de retard pour la livraison des machines, et une flopée de flops. Ce TGV-là, c'est le Train à Grandes Variables.

Plus fort encore, le Fyra vient d'être interdit de circulation par les aurorités ferroviaires: on vient de retrouver un capot du train sur les voies!

Mais le plus drôle, c'est le nom Fyra. Le cabinet de "global marketing" qui l'a choisi indique que cela fait référence à des connotations de fierté (fyr) et de confiance (ra?). On peut juger à quel point la "promesse" sémantique a été tenue.

Bon, voila qui ne m'incite pas à prendre le train pour Amsterdam. Dommage, il y avait le salon France-Vins, mardi 22, et ça m'arrangeait mieux que la date retenue pour l'édition bruxelloise, lundi..

15:12 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Europe | Tags : france-vins, fyra, train, pays-bas, amsterdam | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Classement de Saint Emilion: vers un procès... quand même

Les responsables de l'appellation Saint Emilion Grand Cru disaient avoir tout fait pour éviter que leur nouveau classement soit contesté en justice, avoir pris toutes les précautions imaginables.

La contestation est pourtant bien là, et le recours en justice a bel et bien été déposé. 

A l'origine de ce recours, on trouve l'infatigable Pierre Carle (Château Croque-Mchotte), dont j'ai déjà reproduit ICI les arguments, mais aussi Sylvie Giraud (Château La Tour du Pin Figeac) et Emmanuel Boidron (Château Corbin-Michotte).

Les trois plaignants disent avoir déposé plainte "en dernier recours" - ils auraient envoyé plusieurs lettres motivées à l'équipe du classement, pour lui faire reconsidérer sa décision, mais sans succès.

saint emilion,nouveau classement,nouveau procès,vin,vignoble,bordeaux,carle,croque michotte,thienpont,moueix

Votre Croque-Michotte, vous le préférez avec...

saint emilion,nouveau classement,nouveau procès,vin,vignoble,bordeaux,carle,croque michotte,thienpont,moueix

Ou sans mention "classé"?

Ils comptent même demander des dommages et intérêts, pour compenser les pertes subies en terme de prix de vente de leurs vins.

Le Conseil des Vins de Saint Emilion ne peut que "déplorer" cette nouvelle action en justice - pour rappel, la dernière, intentée suite au classement de 2006, avait duré plus de 3 ans, pour en arriver à l'invalidation du classement.

L'analyse d'un Nicolas Thienpont (Pavie-Macquin), qui trouvait que le nouveau classement était "politiquement bien construit" et qu'il faisait "du bien à Saint Emilion", était peut-être un peu prématurée. Il faut dire qu'avec 3 châteaux classés, ce Belge n'avait pas à se plaindre...