17 janvier 2016

Un petite sélection de vins de Delhaize, par Jean-Michel Jaeger

A l'attention de nos lecteurs belges ou frontaliers, Jean-Michel Jaeger (lui même ancien acheteur vins chez Mestdagh) est allé trainer ses guêtres du côté de chez Delhaize et en ramène quelques coups de coeur...

IMG_5784.jpg

Jean-Michel Jaeger

Cette enseigne jouit d’une réputation tenace en matière de vin, en Belgique. Sa dimension dans la vente du vin en Belgique n’est pas négligeable. Et ce depuis 1880. Le poste d’acheteur vin, charge ô combien importante, fut créée dans la maison il y a bien des années, Willy Bizet en était le fer de lance.

Alain Pardoms, en fonction aujourd’hui, a rejoint le département des achats il y a 15 ans. Après un écolage auprès de l’excellent Stéphane Wauters, il reprend la charge des achats de vins. Il s'appuie sur un réseau de courtiers dans chaque région vinicole. 

Delhaize c’est aussi, depuis 1883, le spécialiste de la mise bouteilles en Belgique. Près de 250 vins (20 millions d’hectolitres - soit 55% des ventes) sont embouteillés dans les chais à Bruxelles. L’assortiment complet, issu du Monde entier, représente plus de 700 références, à 99% exclusives. Dans les magasins, 130 conseillers épaulent leur clientèle pour le choix de leurs flacons. 

Beaujolais blanc 2014, Le Jardin des Enfants, Domaine la Croix Tréchens

Belle robe vive, pâle aux reflets verts. De fraîches effluves d’aubépine en fleur étayées par un caractère minéral (pyrite) sont immédiatement relayées par des senteurs de pomme granny et de vanille. L’attaque est franche, épicée, droite. Beaux arômes fruités de prune jaune et touches de pêche blanche, bois élégant, le vin s’installe sur une belle longueur souple. Je le vois bien en compagnie d’un gratin d’écrevisses ou d’un waterzooï de volaille. 7,99€

Peoples wine fair origins 2015 Torrontes – Chardonnay Argentine (Mendoza)

Un vin de coopérative et pourquoi pas ? Mis en bouteille aux chais de Delhaize. Pas de préjugés. Il fut sélectionné sur place par Stéphane Wauters. Robe jaune touches or. Les élégantes bouffées de rose et de fruits exotiques (mangue) découvertes au nez sont rejointes en bouche par des notes de pêche jaune et de muscat. La bouche est ample ronde, riche d’un fruit assagit par le chardonnay et finissant de façon équilibrée. Il lui faut un plat de caractère comme un saté de volaille aux épices ou un couscous de crevettes au beurre de poivrons doux. 5,19€

Château Latour-Martillac 2011 Pessac-Léognan Grand Cru Classé de Graves

Pourpre aux reflets noirs. La réglisse domine dans ce cru né d'un assemblage cabernet-sauvignon et merlot, avec un appoint intéressant de petit verdot. D'une belle teinte intense, ce 2011 affirme une personnalité élégante dès son bouquet : poivre noir, torréfaction et fruit mûr. Quinze mois d'élevage en barriques, renouvelées par tiers chaque année, apportent un beau côté assagit. Enfin il confirme son caractère au palais où une trame tannique veloutée s'ouvre sur une finale savoureuse, épicée à souhait. Une bouteille racée, idéale pour une souris d’agneau braisée aux navets ou un médaillon de biche aux échalotes rouges confites. 32,9€

Château La Coste 2011 Coteaux d’Aix-en-Provence, Les Pentes Douces

La robe grenat est profonde, impénétrable. L’approche est complexe, riche en fruits noirs, bois de cèdre, tabac blond, avec de beaux relents de venaison. En bouche grenache et syrah se disputent la vedette soutenus par de beaux tanins ronds provenant du cabernet sauvignon. Grasse et ample, dense, elle évoque quelques fruits noirs compotés. La finale interminable fait écho à un cortège de poivre noir et d’épices douces. C’est le vin des saisons froides. Pour votre plaisir, il faut lui opposer un magret de canard aux cèpes ou une cuisse de lièvre braisée aux échos chocolatés.

Berton Vineyards 2014 Shiraz, South Eastern Australia  

Beau rouge profond. Menthol et bois élégant viennent appuyer un nez de mûres et de framboises. La bouche conforte le caractère épicé, mûres chaudes, prunes compotées à la cannelle, allant jusqu’aux touches d’eucalyptus. Riche en tanins très matures le vin présente, malgré tout, un bel équilibre fruité avec une fraîcheur l’emmenant dans une finale éloquente. Que dire ? J’ai envie d’une carbonnade à la flamande et pourquoi pas… d’une soupe de quetsches à la syrah et à la cannelle. 8.79€

Madère Doux – Miles - 5 ans Portugal

Le Madère est un superbe vin de liqueur (muté) trop longtemps réservé aux usages culinaires. Il est temps que l’on s’aperçoive de ses grandes qualités en dégustation et accords vins-mets. Ambré aux reflets dorés il développe un bouquet complexe de moka, fruits secs, tabac, chocolat au caramel, et épices douces. Onctueux et frais, grâce à une belle vivacité. Très agréable bouche ample, nette, de bonne structure. Finale sur un élégant équilibre douceur-fraîcheur aux notes de caramel épicé. Ce superbe vin est élaboré à l’aide du cépage malvasia. Son élevage de type «canteiro»  reflète le grand art, maîtrise parfaite de l’oxydation, il découle d’habitudes ancestrales -au 18e siècle lors des transports en bateau sous climats tropicaux (vin retour des Indes) on constatait que les vins se paraient de notes élégantes, évoluées et rancio-. Pour le cas les pipes de 600 litres séjournèrent 5 années dans les greniers des chais exposés au variation climatiques et à des températures élevées. Champion de la conservation les vins de Madère peuvent vieillir durant de nombreuses décennies.          

Idées d’accords : terrine de canard sauvage, copeaux de vieux parmigiano reggiano sur pâtes fraîches, rognon de veau aux baies de genièvre, avec le café serré et un carré de chocolat noir en fin d’agapes, et pour rehausser un dessert chocolat-framboise.

Bonnes découvertes!

Jean-Michel Jaeger

 

12:20 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

14 janvier 2016

En roue libre (il y a-t-il un pilote à la rédaction?)

Il y a-t-il un relecteur à la Libre Belgique? 

On est en droit de se poser la question quand sous le titre de "Fusillade à Paris...", on trouve une dépêche AFP relatant une avalanche dans les Alpes!

LalIbre.jpg

Cliquer sur l'image pour l'agrandir 

Seule explication: les dépêches AFP se publient maintenant toutes seules.

Serait-ce juste une nouvelle histoire belge? Je crains que non. Plutôt l'illustration criante de la misère croissante des rédactions, qui touche aussi la France... L'information de qualité, ça se paie. Sinon, on part en roue... libre.

09:22 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |