02 mai 2013

Delhaize a la "passion du vin"... mais choisit sa vice-présidente chez Pepsi

"Le Groupe Delhaize, distributeur alimentaire belge et international, a le plaisir d'annoncer l'arrivée de Madame Maura Abeln Smith en tant que Executive Vice President, General Counsel, et General Secretary du Groupe Delhaize. Mme Smith, précédemment Executive Vice President, Government Affairs, General Counsel, et Secretary de PepsiCo, deviendra membre du Comité Executif du Groupe Delhaize et rapportera directement à Pierre-Olivier Beckers, CEO du Groupe Delhaize. Elle rejoindra le Groupe le 2 mai 2013 et dirigera les départements «legal et governement affairs» du Groupe, succédant ainsi à Michael Waller, qui prendra sa retraite, comme prévu". Fermez les guillements et reprenez votre souffle...

delhaize,malbouffe,sodas

"Mangez sain", qu'ils disaient (cliquez sur l'image pour plus d'info diététique)

Je ne sais pas pour vous, mais je trouve étrange qu'un distributeur qui a tellement mis l'accent sur l'alimentation saine (5 fruits et légumes par jour, partenariats sportifs au plus haut niveau, même olympique) et qui affiche une telle passion pour le vin, fasse appel à une dame qui a eu un poste de responsabilité au sein d'une entreprise de sodas sucrés. Ce n'est pas à Delhaize, bien implanté aux Etats-Unis, qu'il faut expliquer les ravages de la malbouffe sur la population américaine, et notamment du fait de la consommation de boissons sucrées.

delhaize,malbouffe,sodas

La chasse aux saveurs, peut-être, mais aussi la chasse aux grands dirigeants

Au delà de la personne, sans doute bien sous tous rapports, et que je ne me permettrai pas de juger, cette nomination envoie un bien curieux message.

08:38 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Etats-Unis | Tags : delhaize, malbouffe, sodas | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

28 avril 2013

Les 13 cépages de Château Beaucastel

Hier midi, j'ai participé à une dégustation vraiment exceptionnelle: celle des 13 cépages qui composent le Château Beaucastel; 5 en blanc, 8 en rouge.

Cet exercice étonnant était proposé par l'agence belge de la Famille Perrin, Mafribel, à l'Event Lounge de Bruxelles. L'atelier était animé et commenté par François et Matthieu Perrin.

photo.JPG


Après avoir dégusté chaque cépage du millésime 2012 (brut de cuve), j'ai pu juger du résultat final; en 2011 pour le blanc, en 2010 pour le rouge.

Bien sûr, je pourrais vous dire que j'ai adoré la clairette, le picardan et la roussane, en blanc; le cinsault, le terret et le mourvèdre, en rouge; mais cela n'a pas grand intérêt - d'autant que ces vins ne sont pas terminés.
Plus fondamental, à mon sens, est l'objectif final.

Comme une partie de basse, écoutée seule, n'a pas beaucoup d'attrait dans un concerto, un vaccarèse en solo n'a rien d'impressionnant, mais il donne du liant à la sauce. Car l'assemblage est un art où l'ensemble est beaucoup plus que la somme des parties.

Pour les Perrin, cet assemblage est au coeur de leur identité méridionale; pour eux, les variations du climat méditerranéen expliquent la nécessité d'assembler, d'ajuster, de remplacer certaines années des cépages par d'autres - une nécessité qui se fait moins sentir dans les climats continentaux, comme en Bourgogne ou en Alsace.

599347_10151901119583504_700159890_n.jpg

Quoi qu'il en soit, le résultat est là; le Château de Beaucastel blanc 2011 présente une superbe matière, un nez  très fin (coing, bois noble, miel, aubépine, épices); la bouche est riche mais garde une belle vivacité. J'ai noté quelques belles amandes grillées en finale. C'est un millésime frais, en tout cas. Je n'ai pas pu retrouver tous les cépages, je l'avoue - ceux qui sortent le plus, pour moi, sont la roussane, qui fournit la charpente, le piquepoul, dont j'ai cru percevoir le bout du nez (presque viognier), et le picardan. Ou est-ce parce que ce sont ceux que j'ai préférés?

Le Château de Beaucastel rouge (millésime 2010), quant à lui, séduit par son équilibre; la fraise, les fruits noirs et les épices du nez nez évoquent pour moi le cinsault; en cherchant bien, on pourrait aussi percevoir le côté floral apporté par le petit pourcentage de cépages blancs. La structure, quant à elle, est plutôt mourvèdre. Et les 30% de grenache, qu'est-ce que tu en fais, me direz vous? Eh bien je vous les donne en sus!

photo copie.JPG


Après la présentation, j'ai pu également apprécier les autres vins de la famille Perrin.

Je ne reviens pas sur La Vieille Ferme ni sur le Miraval Rosé, déjà commentés ici. Je vous recommanderai donc plutôt le Cairanne (équilibré, sur le fruit, avec des tannins soyeux), le Vinsobres Les Cornuds (une fraîcheur presque aériennne), ainsi que le Rasteau L'Andéol (fruit noir très mûr, fumé, séducteur).

Une belle dégustation, une belle famille de vins, vraiment!

00:07 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |