12 juin 2013

Quand le patron de la RTBF donne des leçons d'indépendance à la Grèce

Voici un petit billet qui n'a rien à voir avec le vin, mais qui me soulage d'une exaspération montante depuis pas mal d'années.

"L'Union européenne de radio-télévision (UER) a demandé aujourd'hui à la Grèce d'annuler sa décision de fermer ses chaînes de télévision et de radio publiques ERT.

Le président de l'UER, Jean-Paul Philippot, et sa directrice générale, Ingrid Deltenre, ont écrit au Premier ministre grec Antonis Samaras pour l'appeler à "user de tous ses pouvoirs pour annuler immédiatement cette décision", indique un communiqué de l'UER.

"L'existence de médias de service public et leur indépendance à l'égard du gouvernement sont au coeur des sociétés démocratiques", souligne l'UER."

Je n'ai pas d'avis autorisé sur la question de savoir si les chaînes grecques doivent ou non cesser d'émettre.

Mais pour rappel, Jean-Paul Philippot, outre ses fonctions à l'UER, est administrateur délégué de la RTBF, un organisme public qui ne brille pas toujours par son indépendance - nombreux, dont je suis, y voient  même l'organe officiel du pouvoir en  Wallonie et à Bruxelles, avec ses journalistes statutairement encartés, et dont pas mal se lancent dans une carrière politique. Sans parler de son parti pris évident dans bon nombre de matières touchant aux faits de société, au régionalisme, à la religion, à l'économie, au syndicalisme. Ni du manque de professionnalisme  dès que l'on touche à des sujets un tant soit peu pointus. Au point que pour un apolitique comme moi, le lavage de cerveau des journaux télévisés de la RTBF devient de plus en plus insupportable.

Le summum, en la matière, ayant été la couverture de l'élection du Pape (traduction indigente, analyses mal fondées et commentaires déplacés, à la limite de l'anti-cléricalisme).

Par ailleurs, avant de prendre ses fonctions à la tête de la RTBF, M. Phillippot a fait partie du cabinet du Ministre-Président socialiste de la Région de Bruxelles, puis du ministre socialiste de la Communauté Française de Belgique.

Attention: loin de moi l'idée de nier au pouvoir politique d'organiser ses chaînes publiques comme il l'entend, ni de nommer à leur tête des personnaliéts engagées - je ne vote pas en Belgique, donc, sur ce chapitre, je ferme ma gueule. Mais de là à ce qu'elles posent en arbitres, et qu'elles fassent référence à une indépendance et à une neutralité qu'elles ne démontrent pas, ça non.

Quant à la légitimité de l'UER, qui est d'abord une structure d'échanges de programmes, à s'immiscer dans la politique télévisuelle publique de la Grèce, elle me semble proche de la mire, de l'écran noir, du zéro.

07:22 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Europe, Grèce | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

08 juin 2013

Qui a inventé l'hyper? Pas Leclerc, ni Carrefour, en tout cas!

LSA, le magazine du Grand Commerce, consacre un dossier à la question existentielle suivante: "qui a inventé l'hyper?"

Il faut dire que Leclerc avait préalablement fêté l'anniversaire de la machine à vendre dans les colonnes du Parisien.

LSA s'est donc cru obligé de rappeler que l'hyper est né à Sainte Geneviève des Bois, en 1963, et avec lui, le nom de Carrefour (le magasin était installé à un croisement).

Mais LSA a tort. Car le premier hyper est belge. Il a ouvert ses portes deux ans avant le Carrefour de Saint Geneviève, à Auderghem, sous l'enseigne Super Bazar. Son originalité: associer un discount store non alimentaire, de style américain  à un supermarché en libre-sevice de type européen. Le Super Bazar d'Auderghem avait une surface de 9100 m2 à son ouverture, ce qui le classait bien d'emblée dans la catégorie de l'hypermarché, même si le nom et la définition n'ont été inventés qu'après.

Je ne suis pas un grand partisan de cette formule du tout sous un même toit, qui fait parcourir des kilomètres au clients, les incite à vider leur portefeuille et pressure les fournisseurs.

Mais tout de même, tant qu'à fêter un anniversaire, fêtons le bon et rendons aux Belges ce qui leur appartient!

12:21 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France | Tags : hypermarché | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |