19 août 2013

Trilinguement vôtre - "We Liefmans You"

Voici une publicité actuellement diffusée dans les rues wallonnes.

Il s'agit d'une sorte de primeur; pas la bière en elle-même, non, mais le message, ou plutôt les langues du message.

Elles sont au nombre de trois.

Le français - c'est la langue des autochtones (pas évident sur l'annonce, mais je le rappelle tout de même pour bien faire sentir le décalage...).

L'anglais: "we" et "you".

Le néerlandais: Liefmans (c'est aussi la marque de la bière).

IMG_2845.jpg

Pour ceux qui auraient dormi en cours de néerlandais, et qui n'ont jamais dragué de Hollandaise en Périgord, "lief hebben" veut dire aimer.

Il y a donc une vague, très vague ressemblance entre "to love "et "Liefmans", qui n'a pas échappée au publicitaire - pardon, au copywriter de cette annonce.

Sans doute est-il trilingue, voire polygrotte (de Han), aussi a-t-il fait de ses connaissances une généralité; ou bien peut-être avait-il abusé de la bière. Quoi qu'il en soit, je me dois de le décevoir: ni en français, ni en anglais, la subtilité de son slogan ne passe.

Dommage que son client ne lui ait pas dit. Vous me direz que s'il a recours à un publicitaire, c'est qu'il lui fait confiance. Sinon, il ferait ses pubs lui même.

Mais répétez trois fois "We Liefmans you", juste pour rigoler...

Et si la pub parlait des qualités de la bière, la prochaine fois? Des fois qu'elle en ait...

 

00:16 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique | Tags : bière, publicité, liefmans | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

18 août 2013

Le Négociant Mystère

J'ai dégusté voici quelques jours un Pouilly-Fuissé "La Combe" assez plaisant. Aromatique (pomme, acacia...), bien gras, assez vif, sans peur ni reproches. J'avais envie de vous en parler. Bien sûr, j'aurais voulu en savoir un peu plus sur son élaborateur, le Négociant-Eleveur Philippe de Bois d'Arnault.

IMG_2843.jpg

Photo H. Lalau

Il s'avère qu'il est totalement inconnu au bataillon.

Malgré une bonne demie-heure de recherches, je n'ai trouvé ni son adresse ni son numéro de téléphone.

Il ne figure même pas dans la liste des négociants bourguignons dressée par le Comité Interprofessionnel des Vins de Bourgogne sur son site

Et à part Béjot, je n'en connais aucun d'important à Meursault.

A quoi peut bien rimer une telle discrétion?

Si j'en crois la fée internet, certains de ses vins (Mercurey, Bourgogne...) sont diffusés chez Lidl.

Serait-ce encore une marque de distributeur, un pavillon de complaisance adopté par le producteur pour éviter qu'on sache qu'il se commet avec le hard discount?

Au delà de mon cas, le consommateur n'a-t-il pas le droit de connaître les coordonnées exactes du producteur? Ne serait-ce qu'en cas de problème?

Que dit la réglementation?

00:11 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Bourgogne, France | Tags : bois d'arnaut | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |