01 mars 2016

Eric, reviens, il sont devenus flous!

Lu sous la plume de Geoffroy van Lede, le nouveau Monsieur Vin du Soir (je n'ai pas d'avis sur lui, je ne l'ai jamais vu):

"Si vous arrivez à différencier les vins entre ceux que vous aimez et ceux que vous n’aimez pas, vos connaissances sont largement suffisantes. Le reste, c’est de la littérature qui ne sert qu’à se gausser entre membres d’un cercle de dégustateurs ennuyants".

Là, j'ai un avis. D'abord, on ne dit pas ennuyants mais ennuyeux.

Et surtout, pour le reste, je trouve l'argumentation un peu facile.

Pour le vin, c'est un peu comme pour le vélo, un peu d'apprentissage s'impose. Et ça n'a rien à voir avec l'envie de faire de la littérature ou le fait de se gausser. On peut très bien garder sa "science" pour soi. Se taire en dégustant. Ne pas bassiner ses amis. Mais plus on en sait sur le vin qu'on boit, sur sa provenance, la façon dont il est fait, plus on prend du recul par rapport à ses propres goûts; et plus on est apte à apprécier la diversité du monde du vin. Il arrive même, alors, qu'on apprécie les vins pour ce qu'ils sont, même ceux qu'on aime moins. 

Bref, M. van Lede, cher confrère, on peut avoir envie de démystifier, de vulgariser, quitte à "casser du cuistre", sans pour autant devoir tomber dans la facilité, le floutage, le "tout se vaut pourvu qu'on aime"...

Au Soir, naguère encore, un certain Boschman faisait cela très bien.

 

17:38 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

21 février 2016

Déménager l'Elysée?

"Trop petit, peu pratique, vieillot, trop fermé" - le Palais de l'Elysée, selon le Parisien, et même, selon le Président lui-même, pourrait à terme ne plus abriter les services du chef de l'Etat.

Les partisans d'une certaine tradition poussent déjà de hauts cris; mais la tradition, en France, de nos jours, c'est surtout bon pour le marketing du Camembert industriel ou des vins d'Augustin Florent.

Soyons modernes et allons plus loin: pourquoi ne pas déménager Paris? La ville est de plus en plus congestionnée, les Parisiens en deviennent de plus en plus agressifs, rebâtissons-la donc à la campagne - ou tout au moins, les grands ministères. Les Brésiliens l'ont fait. Pourquoi pas nous?

Accessoirement, on pourrait aussi répartir les services.

La Présidence au Center Parc de Lamotte Beuvron, ça devrait plaire aux écologistes; le Premier Ministre à la saunerie d'Ars et Senans, ça ne manquerait pas de sel. Le Ministère du Travail à Corte. Le Ministère de l'Agriculture à Saint Pierre et Miquelon. Et puis, le Quai d'Orsay sur les bords de l'Allier, à Moulins, je trouve que ça aurait de la gueule. On offrirait du Saint-Pourçain aux ambassadeurs, ça relancerait le Tressalier...

Ultime possibilité: déménager la France. Nos amis flamands pourraient ainsi s'agrandir, et ils auraient enfin une frontière avec la Catalogne.

Mais où la mettre, me direz-vous, sans qu'elle ne gène personne? J'attends vos suggestions...

 

09:36 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France, Fromages, Pour rire | Tags : elysée, les villes à la campagne | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |