01 avril 2014

Deux communes belges anti-FN interdisent le vin

En rétorsion contre l'arrivée du Front National à la tête de deux mairies de communes viticoles de France, Beaucaire et Béziers, les deux communes belges de Farcon et d'Arliennes ont décidé d'interdire la vente et la consommation de vin sur leur territoire pour toute la durée du mandat des nouveaux élus.

Les deux communes envisagent également d'interdire la consommation de poisson (une enquête étant actuellement en cours pour déterminer si Béziers peut être considéré comme port de mer, bien que n'ayant pas de façade littorale).

Rappelons qu'en Belgique francophone, un "cordon sanitaire" a été mis en place dans le milieu politique et dans les médias à l'encontre des partis d'extrême droite. Les médias ont pour instruction d'éviter de parler de ces partis en termes positifs et ne peuvent pas donner la parole à leurs leaders (même élus).

Ce qui évite aux Belges de devoir se faire une opinion par eux-mêmes.

Et non, ça, ça n'est pas un poisson d'avril.

00:20 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

29 mars 2014

Quoi de neuf chez Campo Viejo?

Oui, je sais, mon titre est un peu facile. Mais il correspond bien à la problématique: alors que bon nombre de vins de la Rioja ont modifié leur "recette" pour plaire à un nouveau public (notamment anglo-saxon); alors que l'on parle de plus en plus de Riojas de "single vineyard"; alors que les maisons n'assemblent plus systématiquement les vins des trois sous-régions (Rioja Alta, Rioja Baja et Rioja Alavesa); bref, alors que tout bouge, qu'en est-il d'une bodega comme Campo Viejo?

La réponse tient, non en une phrase, mais en trois vins dégustés ce vendredi en compagnie de Clara, une des oenologues de la bodega. 

Campo Viejo Reserva 2008

85% de Tempranillo, 10% de Graciano et 5% de Mazuelo

18 mois de barrique et 18 mois en bouteille. Vignes jeunes et moyennement âgées.

Cerise, prune, épices, clou de girofle au nez, assez rond en bouche, joliment fruité; finit un peu sec. Assez représentatif du Rioja traditionnel, sans le côté décharné (et je ne m'en plains pas).

Le tout, pour la modique somme de 8,99 euros, et à raison de quelque 6 millions de bouteilles chaque année. Comment ne pas saluer cette réussite? Car je suis convaincu qu'il est moins facile de faire des millions de litres d'un bon vin que 10.000 bouteilles d'un grand vin.

IMG_3571.jpg

Gran Reserva 2007

5 ans de vieillissement dont 3 en barriques 

Assez puissant, plus épicé, assez frais, menthe, tabac, du gras en attaque et en milieu de bouche, c'est riche, presque gourmand, ce qui étonne un peu quand on pense au nombre de jours passés par le vin au fond d'un fût tout sombre (oh, le pauvre!). C'est un peu plus sec en finale, mais rien qui ne résisterait à une belle viande, un gibier, par exemple. 

15 euros environ. 

IMG_3573.jpg

Dominio de Campo Viejo 2007

Pour le 50ème anniversaire de la Bodega, Elena Adell et ses collègues oenologues ont eu les coudées franches pour réaliser un vin exceptionnel, hors des sentiers battus, hors du système Reserva/Gran Reserva, aussi. Ils ont travaillé à partir de parcelles sélectionnées (5 au total, réparties entre les 3 sous-régions), et on pratique un mode d'élevage inhabituel, à savoir, 11 mois ("seulement", diraient les traditionalistes), mais uniquement du bois neuf français, spécialement sélectionné dans les forêts du Tronçais et de l'Allier, mais fabriqués et chauffés sur mesure, en Espagne, par les tonneliers de la maison.

90% de Tempranillo. 

C'est étonnant: le fruit rouge du Tempranillo semble sauter au nez; à noter également quelques notes balsamiques très intéressantes; en bouche, c'est très riche, velouté mais bien épicé (j'ai pensé à un chocolat au piment), un tantinet chargé en alcool, mais très ouvert moderne. 19 euros

IMG_3574.jpg

On le voit, Campo Viejo est une vieille dame plutôt branchée! 

Par ailleurs, en 2001, la cave a quitté le centre de Logroño pour des bâtiments plus modernes au milieu du vignoble, qui lui permettent d'accueillir les quelques 70.000 barriques nécessaires à l'élevage de ses vins. Elle bénéficie donc d'un équipement à la pointe de la technologie. Mais elle continue d'assembler les vins issus des trois sous régions, qu'elle vinifie séparément, l'assemblage se faisant à la mise en bouteille.

Autre indice de la modernité: les nouvelles couleurs de l'étiquette de sa série limitée "Art Series", confiée aux créateurs Okuda et Remed. A noter que cette étiquette sera la base d'une déclinaison de "street art" en Belgique - un camion "tagué" par les artistes aux couleurs de Campo Viejo circulera dans les rues deBruxelles de mai à juin. Visibilité garantie.

00:23 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Espagne | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |