19 décembre 2014

Ils ont des abattoirs, vive la Bretagne...

"C’est un symbole de la Bretagne", a déclaré Manuel Valls en arrivant à l’abattoir Gad de Josselin. 

C'est drôle, pour moi, la Bretagne, c'est autre chose qu'une industrie intensive, polluante et subventionnée; quand je pense à la Bretagne, je pense aux Traou Mad, aux fars, aux phares, aux menhirs, aux dolmens, au Kouinn Amann, au Cidre de Fouesnant, au Chouchenn, éventuellement aux coiffes et aux chapeaux ronds... Et au Muscadet, bien sûr!

Pas à ces pauvres cochons malodorants et qui nitratent tellement les rivières que les algues vertes envahissent les baies de la région. Il est amusant de lire que la filière se vante du "lien au sol" de ses producteurs, qui possèdent en moyenne 83 ha de terres par exploitation: ces hectares, ce n'est pas pour les porcs, qui sont entassés à raison d'un m2 par animal dans des hangars chauffés, mais pour épandre les déjections des animaux. Encore un peu, et on nous parlera de terroir!

algues-vertes-300x234.jpg

Ces algues vertes qu'on ramasse au bulldozer...

Bien sûr, M. Valls fait son boulot, il entend sauver des emplois; mais qui aura le courage de dire aux Bretons que ces emplois auraient dû être développés dans d'autres industries moins concurrencées, des secteurs moins bouchés? La filière se dit "responsable" (mais apparemment pas coupable de ses rejets); ne faudrait-il pas aussi qu'elle soit rentable, sans les subsides du contribuable européen?

10:25 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

15 décembre 2014

La grève, c'est aussi belge!

Parisiens qui pestez contre les taxis en grève, oubliez ce que vous avez pu entendre sur le modèle social belge. Aujourd'hui, dans le Royaume, c'est grève nationale - il n'y a même plus que ça de national, avec l'aéroport de Zaventem, dans ce pays fédéralisé.

Cette grève que je qualifierai plutôt de générale fait suite à plusieurs mouvements sectoriels (notamment deux en une semaine dans les chemins de fer). 

Sa caractéristique est d'avoir été lancée par les syndicats avant même l'entrée en fonction du nouveau gouvernement de droite. Le compromis à la Belge semble donc avoir du plomb dans l'aile.

Comme indépendant, cette grève a peu d'impact sur mon activité - personne ne me payant mes journées de grève, je suis fidèle au poste et mon patron - moi-même - s'en félicite.

Mais les grandes entreprises et les administrations seront touchées de plein fouet.

Amis vignerons, exportateurs, ce n'est donc pas le jour de venir présenter vos vins en Belgique.  

Je n'ai pas vu beaucoup d'échos à ce mouvement dans la presse française (la Belgique est pourtant un pays proche), aussi m'a-t-il semblé utile de vous avertir.

09:48 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Europe | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |