23 mai 2008

Communiqué du Groupe Fourcroy

Reçu ce jour ce communiqué émanant du service de presse de  Fourcroy.

"Les Conseils  d’Administration des sociétés du Groupe Fourcroy, sous la nouvelle Présidence d'Olivia Fourcroy (fille aînée de Jean-Lou Fourcroy), ont accepté lors de leur séance du 14 mai 2008, la démission d'Alfred-Alain Fourcroy en tant que CEO et ont nommé Benjamin Colas, Directeur Général Groupe, en lui confiant la responsabilité de la gestion journalière du groupe en totale autonomie.

Le Conseil d’Administration remercie Alfred-Alain Fourcroy pour l'ensemble de ses prestations au sein du Groupe.

Cette nouvelle organisation renforcera plus que jamais la volonté du Groupe Fourcroy à développer son secteur «vins et spiritueux», dans lequel il est présent depuis 1870, ainsi que celui de l’Horeca où il est un des acteurs principaux dans l’approvisionnement par sa division ISPC".

Benjamin Colas est passé notamment par Vandenborre et Dieteren, avant de devenir consultant en "gestion du changement".

Pour ceux qui l'ignoreraient, Fourcroy est un des grands noms dans la distribution de vins et d'alcools en Belgique, avec les agences de marques aussi célèbres que Baron Philippe de Rothschild, Lanson, Ott, de Ladoucette, Antinori, Ornellaia, Masi, Col d'Orcia, Miguel Torres, Tio Pepe, Willi Opitz ou Bernard Massard. Sans oublier la création du Comte Fourcroy, chimiste de Napoléon: la Mandarine Napoléon.

22:28 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |

15 mai 2008

Du Comté sur vos tartines

Ce midi, j'étais invité à Bruxelles, rue des Minimes, à l"Arrière Pays", pour une petite bouffe sur le thème "Tartines & Comté".

Le but de la manip', présentée par mon ami Marc Vanhellemont, était de proposer un nouveau mode de consommation pour le Comté - mode belge s'il en est, puisqu'il s'agit de la tartine.

Et oui, le Comté se prête aux canapés, aux tranches, aux tartines. Peut-être devrait-on dire plutôt les Comtés, car entre le jeune de 10 mois, souple et lacté, et le vieux de 24 mois, plus sec et plus corsé, il y a de quoi faire de beaux accords.

Pour nous inciter à la création, Marc nous avait proposé une palette de saveurs assez inattendue. Passe encore pour le jambon fumé, la cressonnette ou les radis; mais qui aurait imaginé voir un jour cohabiter entre deux tranches de pain du Comté, des abricots secs, du miel, des morilles, des pommes ou encore du poireau? Et pourtant, ça marche!

Les combinaisons étaient aussi riches que variées. Et ce qui ne gâte rien, l'exercice n'est pas trop onéreux. Des mariages avec quelques boissons choisies (le Vin de Coing de Roisin, la Westmalle, un bon Côtes du Jura, un cidre de Cru, etc...) apportaient un peu de piment supplémentaire à l'exercice.

Alors, on s'en paie une tranche?

 

 

 

17:25 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique | Tags : fromage | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |