24 septembre 2010

Référence Carrefour

Je viens de lire le prospectus de Foire aux Vins de Carrefour Belgique. Grandes photos, petits textes, ça change de Proust.

Je vois que l'enseigne a demandé la caution de Bruneau Père & Fils pour sa sélection de vins.

Pour ceux qui n'auraient jamais mis les pieds en Belgique, précisons que Jean-Pierre Bruneau est un chef étoilé de Bruxelles. A défaut de sous-entendre une vraie compétence vineuse, cela induit une certaine notoriété locale.

Mais n'anticipons pas: pour vous permettre de vous prononcer sur le premier élément, je vous livre ici le commentaire de la "caution" sur le Côtes du Rhône de l'Enclave des Papes (10,78 euros le lot de trois, une affaire):

"Les cépages de Grenache, Mourvèdre et Syrah (de vieilles vignes) composent l'Enclave des Papes. La vendange est manuelle. En dégustation, il est marqué par les fruits rouges. Ce vin est délicieux avec des fromages à pâte dure comme le Chimay."

Une chose est sûre, ce n'est pas avec ça que les Bruneau vont relever le niveau de la critique vineuse. Ce n'est pas tout d'énumérer une liste de cépages. Le commentaire des vins, il y a des gens qui en font leur métier, on les appelle des sommeliers, ou bien des journalistes, je crois...

Mais que voulez-vous, l'époque est au mélange des genres... On ne compte plus les grands chefs qui monnaient leur célébrité dans la distribution, même celle qui, dans l'esprit, semble la plus éloignée de leur restauration de prestige. Pas sûr que Bruneau achète sa viande chez Carrefour. Ou même son vin. L'important n'est pas là. L'important, c'est que le consommateur puisse y croire au moins une minute, le temps de la Foire aux Vins.

Bruneau.jpgPas cher, votre Chablis, M. Bruneau!

Et c'est là que le bât blesse vraiment: car  ce n'est  pas avec des commentaires pareils que Carrefour Belgique va redorer son image vin.

Quoique. Est-ce que les gens lisent vraiment ces prospectus? Au-delà des prix en gras, je veux dire.

Ah, au fait, un peu plus loin, je vois les Bruneau qui recommandent un Chablis à 5,59 euros. Ca fait réfléchir. Si je vais manger chez eux, je demanderai une belle réduction. Dans la GD, il faut toujours négocier.

 

PS. Cette chronique à base des cépages Ironie, Persiflage et Naïveté a été écrite par mon hamster à lunettes. Elle est délicieuse avec un morceau de plâtre de marque Président.

12:03 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique | Tags : distribution, restauration, vin, vignoble, belgique, compétence | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

18 septembre 2010

Pauvre France!

Où Eric B. allume l'Hexagone, ses cocoricos, ses dégus comparatives...

En matière de classement, de con-cours et autre billevesées du genre, le pinard n’est pas vraiment en reste. Dans quelques jours, nos amis fans de baba au Rom vont publier et montrer en télé une dégustation qui démontre sans coup férir la supériorité des vins de France par rapport au reste du monde. Analyse d’un mythe.

Les dégustations comparatives, c’est un peu comme les concours de zizi chez les petits garçons c’est toujours le même qui gagne, surtout s’il n’y a pas vraiment quelqu’un d’objectif pour prendre les mesures. Le prochain buzz qui va agiter le landernau pinardique dans les prochains jours et puis, comme tous les autres s’en retourner dans le néant d’où il n’aurait jamais du surgir, concerne une super dégustation menée à Paris.

Lors de cette parodie de concours, dix neufs échantillons furent comparés à l’aveugle. En provenance du Mont Dentier, cela va s’en dire. Sur quel critère furent sélectionnés les jurés, personne n’est à même de le raconter et l’on s’en fout un peu. Par contre, sur quel critère furent sélectionnés les vins, ça, ce serait une bonne chose que de le savoir. Et il est tout autant impossible de le savoir. Des grands vins d’un peu partout. Oui? et alors? Ben, des vins rouges. Heu, oui, merci coco, mais t’aurais autre chose pour moi? Avec du cabernet ? Va savoir. Heureusement pour moi, mais aussi pour les participants à cette merveilleuse pantalonnade, le ridicule ne tue plus. Sinon, dans certains pays, les élections seraient hebdomadaires. Allons, mes amis, un peu de bon sens, comment pourrions nous comparer des pommes et des poires? Comment comparer un petit joyau comme ce vin du domaine Vik, au Chili, et un Haut-Brion, même dans un millésime identique? C’est sans issue. Comme dans la cour de récréation, où c’était toujours mon pote allochtone qui gagnait.

Croire en la supériorité d’un terroir c’est comme croire à la supériorité d’une race. C’est très con. Mais croire en plus qu’un pays soit plus fort, ou simplement meilleur en matière de production alimentaire et, dans le cas précis, de production de vin, c’est franchement stupide. Nos honorables (de lièvre) confrères de la presse et de la télévision n’avaient ils rien de plus malin à se foutre sous la lentille que cette stupide mascarade? Ce genre de dégustations, on peut s’en faire treize à la douzaine, en changeant quelques vins, et je pourrais tout aussi bien vous affirmer haut et fort que les vins belges sont les meilleurs du monde.

C’est tellement réducteur et mesquin qu’en plus de m’énerver, cela m’attriste. Sans vouloir sombrer dans la philo de cuisinier à deux balles, le vin est un produit universel, un des rares, ultimes presque, produit de culture dans un tas de sens du terme. Tomber plus bas que les comparaisons de mon enfance, c’est sombrer sous les coups de boutoir de la globalisation avec tout ce qu’elle a de ridiculement mesquin et en matière de vin, sous le joug des faiseurs de vin sans âme.

Il y a quelques semaines, lors d’un colloque organisé dans une région de production française, une grande vedette de l’œnologie, française, annonçait que le vin de l’avenir serait adapté aux goûts des dégustateurs en fonction des régions de consommations. Un peu à la manière d’un soda bien connu. Et c’est dans ce même pays que quelques jours plus tard d’autres cocoricotisent gaillardement autour de quelques bouteilles qui seraient les meilleures du monde. Globalisable?  

Eric Boschman

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France, Vins de tous pays | Tags : boschman, france, dégustations, comparaisons | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |