29 septembre 2010

Nouvelles de Bruxelles

Nul n'est prophère en son pays: il faut que Jacques Berthomeau m'envoie un courriel pour que j'apprenne que le vignoble du parc Josaphat, un des trois petits vignobles bruxellois, est en danger de mort!

C'est l'oeuvre d'une vie, celle d'Armand Ell, authentique vigneron scharbeekois. Mais situé dans un parc de la commune de Schaerbeek, son "Clos Josaphat" ne sera probablement pas vendangé cette année parce que l'échevin (conseiller municipal, une fois) responsable en a fait condamner l'accès aux vendangeurs, prétextant vouloir transformer le vignoble (3ares) en potager bio.

C'est d'autant plus incompréhensible que la parcelle voisine est en jachère.

Bref, les vendangeurs sont aux grilles du parc. Vous voulez les soutenir?

Voici leur pétition: http://lapetition.be/en-ligne/petition-7862.html

10:58 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

24 septembre 2010

Référence Carrefour

Je viens de lire le prospectus de Foire aux Vins de Carrefour Belgique. Grandes photos, petits textes, ça change de Proust.

Je vois que l'enseigne a demandé la caution de Bruneau Père & Fils pour sa sélection de vins.

Pour ceux qui n'auraient jamais mis les pieds en Belgique, précisons que Jean-Pierre Bruneau est un chef étoilé de Bruxelles. A défaut de sous-entendre une vraie compétence vineuse, cela induit une certaine notoriété locale.

Mais n'anticipons pas: pour vous permettre de vous prononcer sur le premier élément, je vous livre ici le commentaire de la "caution" sur le Côtes du Rhône de l'Enclave des Papes (10,78 euros le lot de trois, une affaire):

"Les cépages de Grenache, Mourvèdre et Syrah (de vieilles vignes) composent l'Enclave des Papes. La vendange est manuelle. En dégustation, il est marqué par les fruits rouges. Ce vin est délicieux avec des fromages à pâte dure comme le Chimay."

Une chose est sûre, ce n'est pas avec ça que les Bruneau vont relever le niveau de la critique vineuse. Ce n'est pas tout d'énumérer une liste de cépages. Le commentaire des vins, il y a des gens qui en font leur métier, on les appelle des sommeliers, ou bien des journalistes, je crois...

Mais que voulez-vous, l'époque est au mélange des genres... On ne compte plus les grands chefs qui monnaient leur célébrité dans la distribution, même celle qui, dans l'esprit, semble la plus éloignée de leur restauration de prestige. Pas sûr que Bruneau achète sa viande chez Carrefour. Ou même son vin. L'important n'est pas là. L'important, c'est que le consommateur puisse y croire au moins une minute, le temps de la Foire aux Vins.

Bruneau.jpgPas cher, votre Chablis, M. Bruneau!

Et c'est là que le bât blesse vraiment: car  ce n'est  pas avec des commentaires pareils que Carrefour Belgique va redorer son image vin.

Quoique. Est-ce que les gens lisent vraiment ces prospectus? Au-delà des prix en gras, je veux dire.

Ah, au fait, un peu plus loin, je vois les Bruneau qui recommandent un Chablis à 5,59 euros. Ca fait réfléchir. Si je vais manger chez eux, je demanderai une belle réduction. Dans la GD, il faut toujours négocier.

 

PS. Cette chronique à base des cépages Ironie, Persiflage et Naïveté a été écrite par mon hamster à lunettes. Elle est délicieuse avec un morceau de plâtre de marque Président.

12:03 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique | Tags : distribution, restauration, vin, vignoble, belgique, compétence | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |