05 octobre 2011

Présidentielles: Lalau renonce à son tour

Après Jean-Louis Borloo, et après mures et groseilles réflexions, je renonce à me présenter à la Présidence de la République des Blogs de Vin.

politique,fiction,vin,critiqueUn peu flou dans ma tête (photo Olivier Lalau)

Non non, ne cherchez pas à me faire changer d'avis, ma décision est irrévocable. Ni retour ni consigne.

Les derniers sondages Wikio ne me permettent pas d'envisager un destin national, ma candidature ne pourrait qu'apporter plus de confusion dans une période déjà troublée...

-Mais Hervé, on ne t'avait rien demandé, tu sais. Et puis, il n'y a pas de Président de la République des Blogs de Vin. Ca n'existe pas.

-Ah bon, je croyais pourtant. Autant pour moi. Même pas en Belgique?

-Non, Hervé, même pas en Belgique. Tu vois les deux messieurs en blanc, là bas. Ils viennent te chercher. Ils sont très gentils. Ils vont t'emmener dans un endroit où on s'occupe des gens comme toi.

-Des journalistes en vins?

-Oui, Hervé, aussi. Mais pas seulement. Ils s'occupent des gens qui croient plus importants qu'ils ne sont. Dans la politique, dans les affaires, dans les medias...

-Ils doivent avoir beaucoup de travail, alors!

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Europe, France, Pour rire | Tags : politique, fiction, vin, critique | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |

23 septembre 2011

Don't follow leaders (and watch your parking meters) - Dylan & moi

Je souffre depuis des années d'un mal étrange, que je qualifierai de "syndrôme Dylan".

Je vous parle d'un temps que les moins de 40 connaissent à peine. C'était vers 1965.

Bob Dylan, figure de proue de la jeune génération et plus spécifiquement du Protest Song, auteur entre autres de Masters Of War et d'une bonne vingtaine de brulots anti-guerre du Vietnam, anti-establishment, anti-cons, et poète à ses heures, fait une grossesse nerveuse. Voila qu'il ne veut plus jouer son rôle de trublion institutionnalisé. "Don't follow leaders", éructe-t-il alors, refusant d'endosser toute espèce d'autorité, et se coupant de toute une frange de ses premiers fans. En plus, il se met à la guitare électrique, deuxième trahison pour les folkeux. 

dylanDylan, 1975

Vous ne voyez pas immédiatement le rapport avec moi. Il y en a un, pourtant.

Je n'aime pas non plus les gourous, les maîtres à penser, les gens d'influence. Au point que je n'ai qu'une crainte, en devenir un moi-même, aux dépens de votre liberté de penser autrement, d'apprécier autre chose, d'autres vins, d'autres voies d'accès au vin.

Comme Dylan (mais à mon échelle beaucoup plus modeste), j'ai aussi peur de devenir le Cassandre du vin, de m'aigrir à vue d'oeil.

La cinquantaine approche à grands pas, il serait peut-être temps de penser constructif.

Bon, assez parlé de moi.

Je vous souhaite une bonne journée et de bons vins, d'où qu'ils viennent.

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France, Gastronomie, Vins de tous pays | Tags : dylan, cassandre, gourous | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |