31 décembre 2011

Google Analytics: mieux que la boule anti-stress

Ce n'est pas pour me vanter, mais il y a quelques semaines, j'ai installé Google Analytics sur ce blog.

La version béta (celle qui me va le mieux).

Ca me permet de suivre en temps réel les connexions au blog. Attention, je ne sais pas qui fait quoi, ni dans quelle position, mais je sais à peu près d'où viennent les gens qui me lisent. C'est parfois très précis: Chatou (et oui, on me lit dans les belles banlieues), parfois moins: Paris, Madrid, Bordeaux, Lille.

Le plus amusant, c'est de voir la succession des provenances. A 7h, j'ai surtout des Français, des Suisses, des Belges et quelques Italiens. Vers 8-9 heures, quelques Anglais (un habitué de Hull, un autre de Sunderland, et puis quelques Londonniens, je suis flatté). Vers 15-16h, les Québécois débarquent. De Montréal, de Québec, de Chicoutimi, de Saint Denis-Laval... Et même quelques Etats-Uniens de New York, de Boston ou du Maryland...

Parfois, mais c'est plus rare, je vois un Moscovite, et même une fois, un Pékinois, un Vietnamien, un Australien.

Ils se sont sans doute perdus sur les autoroutes de la désinformation...

Ce qui est marrant, aussi, c'est que pour certains (ne me demandez pas comment ou pourquoi), Google affiche les mots-clefs tapés dans la recherche: Saint Emilion, Champagne, Parker, Miller. Voire Brulhois, Savoie, Setubal, mais c'est l'exception.

Ca me donne une idée de ce qui peut intéresser les gens. Sauf que parfois, j'ai l'impression qu'ils tombent chez moi par hasard. Comme quand je vois Britney Spears ou Justin Bieber dans les mots-clefs, par exemple. C'est d'ailleurs ça qui m'a donné l'idée de faire un post sur Lady Gaga.

Au début, j'étais assez accroc. Je vérifiais le nombre de connexions simultanées - chez moi, ça va  jusqu'à 12, avec une moyenne de 3. Je m'extasiais devant la carte du monde - oui, Google affiche les provenances sur une carte.

Alors c'était moi, le maître du monde! Et quand j'étais en panne d'idées, c'était encore mieux que la boule en mousse, comme anti-stress.

Mais je ne peux pas passer ma vie à ça; et puis, quand j'ai vu le nombre de minutes que passent certains visiteurs - c'est à dire moins d'une, pour bon nombre d'entre eux, je me suis dit que l'outil était certes très évolué, mais plus du domaine quantitatif.

Alors je ne le consulte plus aussi souvent.

Plus fondamentalement, cela m'a fait réfléchir; faut-il faire un blog pour susciter des clics, pour faire du buzz, ou faut-il d'abord être honnête avec soi-même?

J'ai choisi la deuxième voie. Un blog, ou blogue, pour pendre l'orthographe québécoise, qui est tellement plus jolie, mais peu usitée de ce côté de l'Océan, c'est d'abord un log, un carnet de bord. Un truc assez personnel qui consiste à partager ses expériences.

Se demander ce qui va plaire, comment ce sera reçu, c'estun peu trahir l'idée de départ, non?

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France, Pour rire, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

29 décembre 2011

Faux Gras, fausse bonne idée

La radio intérieure de mon Carrefour Market me vante depuis plusieurs jours les mérites du Faux Gras de Gaia, qui prétend avantageusement remplacer le foie gras en cumulant le plaisir des papilles et "le respect des animaux'.

Vous parlez d'un respect! Que respectera-on quand on ne les élèvera plus, ces oies, faute de vendre leur foie gras? Des oies virtuelles?

24-en-perigord-une-gaveuse-d-oie.jpg

Je ne goûte pas du tout cette intrusion du pathos et du sentimentalement correct dans mon univers commercial. Est-ce la mission d'un magasin que de me laver le cerveau? Je n'ai pas besoin qu'on me dise ce que je dois acheter.

Et après tout, si Carrefour Belgium est à ce point sensible aux théories de Gaia, il n'a qu'à ne plus vendre de foie gras!

J'en achèterai ailleurs, parce que j'aime ça.

Et parce que je respecte les fermiers du Sud Ouest (ou d'Alsace) qui s'adonnent, depuis des générations, au gavage des oies - oui, j'en connais, je passe mes vacances dans la région depuis des années.

Je les respecte beaucoup plus, en tout cas, que les activistes de Gaia, dont je me refuse à subir, et encore moins à transmettre, le message simpliste et outrancier.

Qui dénoncera la "grave maltraitance" dont sont victimes les pauvres consommateurs, de la part de cette association qui entend les accabler sous des tonnes de mauvaise conscience et de sensiblerie? Et ne vous y trompez pas, pour peu qu'on les écoute, demain viendra le tour des mangeurs de boeuf, de lapin ou de poulet.

Amateurs de foie gras, levez-vous! Soyez fiers de vos goûts! Et exigez de Carrefour le retrait de cette campagne de désinformation!

J'ai écrit aujourd'hui même à la chargée de relations publiques de la chaîne pour connaître sa position précise en la matière. Je vous tiendrai informé de sa réponse.

22:37 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Gastronomie, Sud-Ouest | Tags : foie gras | Lien permanent | Commentaires (10) | | | |