05 septembre 2012

Les vins chez Carrefour... un petit flash back

Je reviens sur un billet récent à propos de la sélection des vins de Carrefour Belgium et la  "caution" de Bruneau & Fils.

Merci de ne pas y voir de l'acharnement de ma part, chacun doit bien vivre, la GD et la restauration, c'est juste pour la beauté de l'argumentation.

Je m'étonnais que Carrefour ait choisi de faire "garantir" ses sélections par un cuisinier plutôt que de mettre en avant ses propres acheteurs.

Ce n'est pas tout à fait exact. Sur le catalogue 2012, on mentionne bien le nom de l'acheteur vins Carrefour Belgique, Francis Lerminiaux.

Sauf que d'aucuns fournisseurs me confient que sa mission est plutôt limitée. La centrale d'achat belge ne semble vraiment compétente que pour les vins non français (à l'exception des vins élaborés en France par des vignerons belges, qui ont droit à des promos spécifiques). Le reste, une très grosse partie des vins français, donc, est acheté via la centrale française. C'est d'ailleurs pour cela que de plus en plus de bouteilles vendues dans les Carrefour belges arborent fièrement les capsules congés destinées au marché français.

Bruneau.jpg

Produit en France, sélectionné en France, acheté en France... mais bu par des Belges...

Curieusement, c'est le genre de détail  dont les fournisseurs sont  au courant., mais qu'on ne met pas en avant dans la communication. Pourquoi les consommateurs n'ont-ils pas droit à cette information apparemment si factuelle? Le lieu de l'achat ne remet pourtant pas en cause la justesse de la sélection...

Alors,pourquoi Carrefour "Belgium" se croit-il obligé d'habiller de belgitude des choix effectués ailleurs?

Si, plutôt que de flouter l'image, on expliquait aux Belges que c'est mieux pour le rapport qualité-prix, ou pour la rentabilité de l'enseigne, je suis sûr qu'ils comprendraient...

 

PS. Complément d'info: en septembre 2011, le site Promobutler.be, un site belge de promos temporaires, publiait ce petit texte assez curieux (on dirait de l'écriture automatique): "Jacques decharmes de Witte wijnen est disponible chez 14/09 du 01/10 jusqu'au Carrefour. Cette page vous donne toute l'information sur cette promotion. Vous trouverez ci-dessous plus de promotions Chablis (vin blanc) ou de Carrefour".

Détail intéressant, la promotion sur ce millésime se cloturait le 1er octobre 2011, soit un an après le lancement du vin. C'est à croire que la mise en avant du catalogue 2010, même avec l'appui des Bruneau, n'avait pas suffit à faire écouler le stock. Mais au fait, ce Jacques Descharmes, à Nuits, c'est qui?

Cette année, en tout cas, Carrefour mise sur un autre Chablis: celui de Charles Gruber, dont le 2011 est proposé à 6,14 euros au lieu de 8,19 (publicité gratuite). La marque appartient au groupe Aegerter, également de Nuits Saint Georges. Une maison tout à fait respectable, au demeurant.

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

28 août 2012

Foires aux Vins: Carrefour Belgique ne change pas "une équipe qui gagne"

Cette année, la Foire aux Vins de Carrefour Belgique aura lieu en deux temps: du 12 septembre au premier octobre pour les Carrefour et Carrefour Planet, et du 26 septembre au 14 octobre pour les Carrefour Market. Et "comme on ne change pas une équipe qui gagne" (c'est eux qui l'écrivent), Carrefour Belgique fait de nouveau appel au cuisinier Bruneau (Père & Fils).

N'y voyez aucune jalousie de ma part (je n'ai pas l'intention d'offrir mes services à Carrefour), mais ce choix me consterne. Autant je peut reconnaître à M. Bruneau des qualités culinaires (c'est son métier, après tout), autant ce qui transparaît de sa collaboration avec Carrefour dans le vin m'incite à penser qu'il n'y a pas sa place.

 

Bruneau.jpgSouvenez-vous, c'était il y a deux ans...

Lors des deux précédentes éditions, ses recommandations, ses choix (?), ses commentaires de vins ont été à ce point banals qu'on se demande si c'est vraiment lui qui les écrit (pour plus de détails, lire ICI).

Il y a pourtant pléthore de bons sommeliers en Belgique, et même quelques journalistes potables. Certes, tous ne souhaitent pas coopérer avec un circuit de distribution qui, pour moi, n'est pas le meilleur allié de la restauration ni des amoureux du vin; mais bon, en cherchant bien, Carrefour peut trouver des gens capables... Et pourquoi ne pas met-il pas en avant ses propres acheteurs, plutôt que d'aller chercher ailleurs une quelconque caution morale?

Je ne me fais pas d'illusions, ce n'est pas cette chronique qui influencera en quoi que ce soit les choix de l'enseigne française ni des Bruneau, la première apportant l'argent et les seconds l'image. Mais vous comprendrez sans doute que je compte allègrement sauter la conférence de presse organisée pour annoncer cet "événement".

D'ailleurs, à cette date, je donne une formation... à la dégustation.

17:54 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |