24 novembre 2012

Europe: Nigel Farage habillé pour l'hiver

Chers amis Européens, voici le lien vers une courte vidéo où Guy Verhofstadt, ancien premier ministre belge, taille un joli costard au député européen anglais Nigel Farage. L'euroscepticisme a le vent en poupe outre-Manche, mais certains élus britanniques sont l'illustration vivante de la prétendue gabegie qu'ils dénoncent.

Pour ceux qui ne comprendraient pas l'anglais: M. Farage "siège" dans un comité européen, celui des pêches, aux travaux duquel il n'a assisté ni en 2011, ni en 2012; ce qui ne l'empêche pas de recevoir un salaire d'Eurodéputé... et de hurler contre les largesses inconsidérées d'une Europe dépensière, notamment en matière de budget de fonctionnement. La Grande-Bretagne exige son "rabais", "its money back"; Mister Farage en touche déjà une partie, il me semble...

Farage.jpg

Guy Verhofstadt au Parlement européen

Vivant tout près de Bruxelles, j'ai l'occasion, plus souvent qu'à mon tour, d'entendre que tous les maux nous viennent de la Communauté Européenne, notamment dans le vin (même quand "Bruxelles" ne fait qu'exécuter des décisoons votées par la France). Aussi, il m'a semblé utile de vous donner une idée de ce qui se dit dans le Parlement que nous élisons et que nous payons; et puis globalement, un petit aperçu de ce qui se passe hors de l'Hexagone...

Je pense que l'Europe est d'abord ce que ses membres en font - c'est valable au niveau des citoyens comme au niveau des Etats. Ce qui veulent la quitter le peuvent, bien entendu (c'est mieux que de la saboter de l'intérieur, à mon humble avis); mais en attendant, il y a assez de boulot pour toutes les bonnes volontés.

 

02:06 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Europe, Grande-Bretagne | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

19 novembre 2012

Poulet à la Valls

Le dimanche midi, très souvent, chez les Lalau, on mange du poulet.

Pas n'importe quel poulet - toujours du Label Rouge. Je connais le réseau, j'ai visité des élevages avec la Sopexa, à Loué, il y a une dizaine d'années (salut Vincent!). Et puis même si c'est plus cher, la vie est trop courte pour manger des volailles poussées aux hormones en 40 jours - pauvres bêtes, comme dirait Gaia.

Toujours est-il que ce dimanche, c'était du poulet blanc fermier du Maine.

 

260x260-1322287970-37d74c7e79.jpg

Liberté, égalité, poulet de Loué

Ayant entendu M. Montebourg nous dire qu'il fallait acheter français, je me suis dit, bravo, Hervé, tu es dans le bon, tu participes à l'effort collectif. Plus encore, même, car habitant l'étranger, je pourrais sans scrupules me dédouaner de cette impérieuse nécessité.

Avant de mettre mon poulet tricolore dans mon four (allemand, je le crains), je l'ai badigeonné d'huille d'olive. Hélas, c'était de la Tunisienne. Elle est excellente et beaucoup moins chère que celle des Baux, et même moins cher que la Puget, dont je ne suis pas sûr qu'elle soit 100% française. Et puis en plus, elle me rappelle les amis que j'ai en Tunisie - Pilar, Belgacem, Ines, je vous dédie ce poulet.

Tiens, vous savez quoi, ces gens sont presque comme nous, ils ont deux pieds, deux mains, une tête et ils parlent même le français. Ils gagnent leur vie, assez honnêtement au demeurant, en produisant d'excellents vins à partir de cépages français, espagnols ou italiens. A ce propos, il faudra que je demande à Arnaud Montebourg si j'achète bien français quand je bois un Languedoc à base de grenache (pardon, garnacha), un Roussillon contenant du carignan (cariñano) ou un Côtes de Provence blanc à base du rolle (vermentino) - sans parler du gewürztraminer.

Et je n'ai pas non plus les extraits de naissance des vignerons - il faut faire gaffe, il y a tant de Belges dans le vignoble hexagonal, et même quelques Suisses. Voila deux ans, Marc et moi, nous avons rencontré un flying winemaker suisse qui vinifiait alternativement à Leyda, au Chili, à Genève et aux Iles de Lérins. Le monde du vin est tout petit.

Une fois cuit, le poulet est arrivé sur la table. Chez nous, on aime bien les épices; on a mis du poivre -  je crois qu'il vient de Macassar, par la Porte d'Italie. Et puis mon fils a mis du Merken. Si vous ne savez pas ce que c'est, je vous le dis: c'est un mélange d'épices fumé des indiens mapuches du Chili. Là encore, souvenir, souvenir, ce sont des copines qui m'ont offert ce pot là bas, il y a deux ans.

Pour accompagner le poulet, ma femme avait fait du riz - un riz basmati du delta - non, pas le delta du Rhône, plutôt celui du Mékong.

Et pour arroser le tout, là, j'ai carrément dérapé. Après une demi-semaine à fêter le Beaujolais nouveau (plus une belle bouteille de Pouilly-Fumé, hier, signée Saget), j'ai trahi la nation (pire, la Bourgogne!). J'ai servi un excellent pinot noir de Nouvelle-Zélande. Notez, le domaine (Brancott Estate) est la propriété d'un groupe français, Pernod-Ricard, qui possède des vignes dans la plupart des pays du Nouveau-Monde; mais curieusement, pas en France. ils ne NZ'aiment peut-être pas les vins standardisés, comme disent les Jeunes Agriculteurs. Alors indirectement, avec mon pinot des Kiwis, je bois quand même français.

Bref, mon poulet n'est pas un poulet à la Montebourg, mais plutôt un poulet à la Valls. Ben oui, notre ministre de l'intérieur nous vient de l'extérieur. Il est né espagnol en 1962, naturalisé français en 1982.

323_valls.jpg

Drapeau français, européen... je ne vois pas l'espagnol?


Nobody's perfect.

Pendant que je trahis mon pays avec tous ces produits étrangers, heureusement, bon nombre de mes amis étrangers mangent, conduisent ou boivent français...

Alors, Arnaud, réfléchissez... consommer français, pourquoi pas, mais pas au détriment des bons produits d'ailleurs. Ne vexons pas nos clients étrangers...

00:02 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Espagne, Europe, France, Tunisie, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |