17 janvier 2008

Un nouveau cépage pour le Beaujolais

Dès ce printemps, les producteurs de vins de pays de la région du Beaujolais pourront planter du Gamaret. Les AOC seront concernées dès 2010.

Pour rappel, le Gamaret est un croisement de Gamay et de Reichensteiner, obtenu en Suisse dans les années 1970. Dans ce pays, il est déjà très apprécié, même en AOC. Il présente des avantages évidents: maturité plus précoce que le Gamay, résistance à la pourriture, possibilité de vendanges plus tardives, d'où un surcroît de couleur, d'intensité aromatique et de tannins. 

Son installation, à titre expérimental, en Beaujolais, remonte à 1989. La région s'est donc donné le temps de la réflexion. A terme, le Gamaret pourrait représenter 10% de l'encépagement régional. Des essais pour obtenir un clone français sont en cours.

D'autres cépages pourraient suivre, réchauffement climatique oblige, comme la Syrah, le Viognier ou la Marsanne...

08:05 Écrit par Hervé Lalau dans Beaujolais | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

15 novembre 2007

Préparez les rillettes!

Ca y est, je suis l'heureux possesseur d'une bouteille de Beaujolais Nouveau 2007. "La Cuvée de l'Ancienne", de Jean-Paul et Cécile Selles, à Belleville, si vous voulez tout savoir.

Je vais maintenant tenter une expérience interactive des plus excitantes: je vais déboucher la bouteille devant vous, en temps réel. Ca y est. Je verse maintenant le vin dans un verre Mikasa (publicité gratuite). Glou glou.

J'agite un peu le vin, je le hume. Bon, pas de banane, c'est déjà ça. De la framboise, a dit Duboeuf? Oui, pourquoi pas? Du cassis aussi.

En bouche, c'est gouleyant, avec une douche d'acidité bien agréable, et même une touche minérale en finale. C'est léger, c'est jeune, c'est frais, ça se laisse boire. C'est un vrai Beaujolais Nouveau, quoi!

Maintenant, je vous laisse. Le BN, ce n'est pas une histoire d'intellect, c'est d'abord du plaisir qui coule. Un plaisir qu'on partage - chez moi, en tout cas, c'est comme ça.  

Préparez les rillettes, j'arrive!

Rillettes

18:27 Écrit par Hervé Lalau dans Beaujolais | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |