19 novembre 2009

Framboise, qu'ils disaient...

En ce jour de gloire pour le handball français et Thierry "Manuel" Henry en particulier, arrosons la victoire avec une bonne bouteille de Beaujolais! J'entendais ce matin quelques commentateurs parler de framboise pour évoquer le breuvage nouveau. Pourquoi pas? Les Irlandais, eux, ont plutôt eu de la cerise.

En tout cas, dès ce midi, je sacrifierai en famille au culte du BN. Sans états d'âme. Parce que la bouteille que j'ai débouchée (le Beaujolais-Villages Nouveau de Patriarche) est tout à fait recommandable; le vin est fruité, gouleyant, facile, oui, mais sain.

Beaujolais

Mon Beaujolais Nouveau, cette année (photo perso)

 

Bref, ce vin est tout sauf de la "merde", pour reprendre le terme cher à un certain critique gastronomique français reconverti dans le discount dur. D'ailleurs, le Beaujolais Nouveau ne mérite pas toutes les critiques faciles qui fleurissent aujourd'hui sur les blogs. Dire qu'il n'y a rien de bien entre Romanèche et Villefranche, mettre tous les crus dans le même panier, prononcer doctement une fatwa contre le gamay, coupable selon certains experts en chambre de médiocrité congénitale, c'est faire preuve d'une inculture crasse. "Tout ce qui est exagéré est insignifiant", disait Churchill.

Certes, le Nouveau a été longtemps victime de son propre succès marketing, de l'argent facile, de la volumite; mais une année comme 2009, où il aura été gâté par la nature, devrait lui valoir le respect de ceux qui commentent le vin, pas le concept.

Et puis, vous savez quoi, un jour où l'on sait qu'on va boire du vin entre amis à travers toute la France, dans le contexte actuel, c'est toujours bon à prendre.

10:53 Écrit par Hervé Lalau dans Beaujolais | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |

12 novembre 2009

Plastique du marketteur

Rappelez-vous, l'an dernier, quelques producteurs de Beaujolais Nouveau ont expédié leurs produits aux Etats-Unis en bouteilles plastiques. Ce qui a donné des idées à d'autres, notamment au Japon: cette année, tous les Beaujolais Nouveau importés par les supermarchés EON seront aussi embouteillés en PET.

beaujolais-nouveau-2008

Puisqu'on vous dit que c'est mieux (même si le verre peut faire ça aussi)...

 

Il paraît que c'est plus économique, que ça gagne du poids, donc du fuel - bref, que c'est mieux pour la planète, pour le produit, pour les marges (voir la photo ci-contre).

Pour l'image, par contre, ça se discute. Mais l'idée des Nippons est aussi de faire du Beaujolais Nouveau un produit plus décontracté.

Ah bon, parce que c'est guindé, le Beaujolais Nouveau? Que dire alors du Médoc?

A quand le Château Margaux en briquettes carton, comme le Cordier? L'économie sur le poids, la casse, le volume transporté, tout ça serait d'autant plus appréciable sur un vin de prix, non? Ah oui, il y a le problème de la crédibilité. Mais quid des efforts du Beaujolais, justement, pour se refaire une crédibilité, pour redevenir un vin "sérieux"?

Ah, j'oubliais, ce passage à la décontraction devrait aussi se traduire par une grosse baisse des tarifs à la vente, sur le marché japonais. Pas vraiment l'idée qu'on se fait d'une création de valeur ajoutée, alors que les producteurs en ont tant besoin.

Ce qu'il y a de bien, avec les marketteurs, c'est qu'ils sont capables de vous vendre une idée aujourd'hui et son contraire le lendemain. C'est leur côté plastique, souple et pratique. Malléable. Pour ne pas dire opportuniste. C'est pour ça qu'on les paie si cher.

 

06:19 Écrit par Hervé Lalau dans Beaujolais | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |