14 novembre 2012

Le Beaujolais Nouveau 2012 est arrivé chez moi

Demain, c'est la Saint Beaujolais. La fête du vin. Que vous aimiez le Beaujolais Nouveau ou pas, que vous soyez snob ou pas, beauf ou pas, branché ou pas, jeune ou pas, fêtez-la! Même avec d'autres vins que du BN! Ne laissez pas passer une bonne occasion de boire décontracté, entre amis, entre collègues. De vous rappeler la chance de vivre dans un pays de vin, de culture du vin, de partage. Une chance, un patrimoine qu'il nous appartient d'entretenir et de transmettre.

Pour l'occasion, Marc Vanhellemont et moi avons débouché trois échantillons de "Pisse-Dru" - un Beaujolais Nouveau, un Beaujolais Villages Nouveau et un Beaujolais Nouveau Rosé.

Pisse-Dru est une des marques les plus diffusées du Beaujolais Nouveau (elle appartient au Groupe Castel). Et aussi une des plus médiatisées en France. Son nom un peu grivois correspond assez bien au côté populaire du BN. Curieusement, son succès initial nous vient du Québec.

IMG_1660.jpg

 D'un geste large, Marc se sert un beau verre de BN.

La photo a à peine une heure, c'est quasiment du direct...

Pourquoi cette marque? Simplement parce qu'elle s'est donnée la peine de nous envoyer ses vins.

Pourquoi ce soir? Parce que nous autres, professionnels avons des pisse-droits (pardon, des passe-droits); et oui, nous avons l'immense avantage de pouvoir déguster le BN quelques heures à l'avance. Ne l"ébruitez pas, cela pourrait être considéré comme un avantage en nature!

Bon, et les vins?

Ils sont tous les trois assez marqués par l'acidité. Nous n'avons guère accroché sur le rosé; nous avons préféré le BN simple au premier nez, très framboise, au BN Villages, plus banane verte, mais aussi légèrement plus tannique. Ils mériteraient peut-être un  peu de patience - ils s'ouvrent à l'aération. Mais soyons justes, peu de consommateurs, demain, leur en laisseront le temps...

Ce n'est manifestement pas le meilleur millésime de Beaujolais Nouveau qu'il m'a été donné de déguster - mais on ne déguste pas le BN, on le boit. Et si, comme cette année, il manque un peu de gras, la solution est toute trouvée; invitez des amis et dites leur d'apporter des rillettes...

Foin de chichis, foin d'élitisme! Encanaillons-nous, trinquons nos verres et vidons-les!

17:20 Écrit par Hervé Lalau dans Beaujolais, France | Lien permanent | Commentaires (15) | | | |

04 novembre 2012

Scoop toujours: le Beaujolais Nouveau 2012 sera banane

Et si je vous disais déjà à quoi ressemble le Beaujolais Nouveau 2012?

Encore un scoop... Une primeur avant le primeur... Décidément, Chroniques Vineuses est en avance sur son temps!

Bon, ne le dîtes à personne, il est très banane, cette année, et pas si mal, malgré les conditions climatiques et l'état de la vendange. La bouche est ronde, et va sans doute s'arrondir encore - la mise est toute récente, il faut lui donner un tout petit peu de temps - et oui, même les primeurs en ont besoin.

Les quantités ne sont pas énormes, alors, on ne devrait pas avoir trop de mal à l'écouler.

Comment je sais tout ças? Eh eh, j'ai un agent infiltré chez un producteur...

A propos, deux marques semblent à nouveau sortir du lot en matière de... communication: Pisse Dru (Patriarche) et Père La Grolle (Boisset), qui ont déjà précu un plan conséquent d'annoces radio en France au sujet du Beaujolais nouveau. Heureusement qu'on les a pour encore faire le buzz...

Et en attendant de pouvoir le boire, ce Beaujolais Nouveau, n'oubliez pas les crus. En ce moment, je me délecte du Fleurie 2011 de chez Lucien Lardy - (les vins originels)...

artisanphotos13-4.jpg

Le même en 2009

Traité ainsi, le Gamay nous montre qu'il n'est pas un plant si déloyal, n'en déplaise à Philippe Le Hardi. Ici, il explose en bouffées de fraise et d'épices douces, il joue son exubérant au nez; mais en bouche, il présente  un profil beaucoup plus complexe, une tension, de la fraîcheur, une texture presque granitée, et pas mal de longueur. Un grand vin de plaisir et de méditation... Oui, l'un après l'autre, l'un dans l'autre, et vice versa, c'est possible...

 

00:48 Écrit par Hervé Lalau dans Beaujolais | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |