06 octobre 2016

Domaine Louis-Claude Desvignes, Morgon, Cuvée Les Impénitents 2014

8 générations de vignerons se sont succédés dans cette maison de Villié-Morgon qui possède notamment des parcelles de très vieilles vignes sur la Côte du Py. Qualifié de « traditionnaliste impénitent », parce qu’il refusait la thermovinification, Louis-Claude Desvignes a désormais laissé sa place à ses 2 enfants, Claude-Emmanuelle et Louis-Benoît, qui suivent si bien ses traces qu’il lui dédient la cuvée ci-dessous.

IMG_8884.jpg

Domaine Louis-Claude Desvignes Morgon Les Impénitents 2014

Ce vin nous aborde avec un superbe nez de compote de fraise, puis elle nous retient avec des notes épicées, animales, et fumées en bouches, une belle structure où la puissance s’équilibre d’une belle fraîcheur et d’une certaine gourmandise. Cette cuvée (qui n’est produite que les bonnes années) est issue de vignes de 100 ans, en bas de la Côte du Py, dont les raisins sont vinifiés en grappes entières. 

11:37 Écrit par Hervé Lalau dans Beaujolais, France | Tags : desvignes, impénitents | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

04 octobre 2016

Vignobles et Signatures 2016: mes coups de coeur

Le Club Vignobles et Signatures organisait la semaine derrière un de ces «road tastings» dont il a le secret.

L’occasion de découvrir les nouveaux millésimes de ces 16 structures familiales représentant la plupart des vignobles majeurs en France.

12_1.jpg

 

J'ai pu y confirmer la bonne opinion formée l’an dernier à propos de quelques uns de ses membres en particulier: Drappier (Champagne), Blanck (Alsace), Couly-Dutheil (Chinon), Saint André de Figuière (Provence), Tracy (Pouilly sur Loire), Jaume (Rhône), Cauhapé (Jurançon), Laubade/Peyros (Armagnac, Madiran); Janoueix/Haut Castelot (Bordeaux), Rolet (Jura) et Guilbaud (Muscadet); auxquels j’ajouterai cette année Piron (Beaujolais), Groult (Calvados), et Durup (Chablis).

Mes 5 coups de cœur :

-Le Patergarten Pinot Gris 2013 de Blanck, à la fois séduisant (eau de rose, camomille, gras mais sans aucune mollesse, et à la sucrosité contenue (le Schlossberg Riesling 2012 est également très réussi, dans un style très pur).

-Le Châteauneuf du Pape 2013 Grand Veneur d'Alain Jaume, qui combine puissance, structure, vivacité et des tannins juteux.

-La cuvée Haute densité 2013 du Château de Tracy; peut-être le plus beau millésime de dette cuvée d’exception, à la fois aérien, vif, tranchant et complexe en bouche (dans un style plus simple, le Pouilly Fumé 2015 est une vraie gourmandise).

-Le Beaujolais blanc de Dominique Piron, qui écrasait la concurrence bourguignonne de sa jovialité et de ses arômes de violette.

-La Cuvée Confidentielle de Saint André de Figuière, en blanc, à la fois très aromatique mais aussi bien structurée, et à la superbe finale sur l'amertume (son alter ego en rouge est très bien également)

Et une mention toute spéciale pour le Clos du Pont de Guilbaud Frères, qui démontre que certains Muscadets gagnent à être attendus, et méritent alors de figurer parmi les grands blancs de France (mais j’aurais l’occasion bientôt de vous parler plus en détail de cette maison).

10:35 Écrit par Hervé Lalau dans Beaujolais, Bordeaux, Bourgogne, Champagne, France, Jura | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |