19 juillet 2016

Coteaux du Lyonnais Traboules Guillaume Clusel 2015

Voila un beau Gamay qui ne nous vient pas du Beaujolais, mais du vignoble d'à côté, les Coteaux du Lyonnais - il porte d'ailleurs fièrement cette origine dans ce nom de Traboules - les passages typiques du vieux Lyon, qui vont d'une rue à l'autre, et que le touriste de passage a du mal à imaginer, souvent.

C'est un 2015 qui nous livre avec la fougue  de sa jeunesse, un foule de beaux arômes floral (iris, violette), sans oublier la confiture fraîche de fruit rouge; en bouche, c'est un peu plus sage, et très fin - du cacao, de la finesse et une belle charpente, tout de même. En finale, au côté juteux répond une belle amertume - un mot que je n'ai aucune raison de bannir de ces commentaires, car il n'a rien de péjoratif: bien dosée, l'amertume réveille les papilles, dans le vin comme dans le chocolat, par exemple.

Traboules.jpg

Ce producteur bio a sa cave à Ampuis. Il produit aussi du Côte Rôtie, du Condrieu et du Saint Joseph. En Coteaux du Lyonnais, ses quelques 5,5 ha de vignes sont situées sur la commune de Millery et se répartissent entre Gamay (largement majoritaire) et Chardonnay.

Domaine Clusel-Roch 

 

08:00 Écrit par Hervé Lalau dans Beaujolais, France, Rhône | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

11 juillet 2016

Domaine de la Croix Penet Régnié 2014

Dans leur rubrique Caracterre, mes amis d'In Vino Veritas, Johan et Marc, ont déjà parlé en détail de Dominique Piron; ce vigneron de Villié-Morgon exploite depuis quelques temps un domaine à Régnié, le Domaine de la Croix Penet.

J'avais déjà beaucoup apprécié ce vin dans le millésime 2011 - le tout premier de cette cuvée élaborée sur 2,15 ha de coteau en pente douce, à un peu plus de 300 m d'altitude, sur des granits recouverts de cristaux de feldspath.

Belle confirmation avec le 2014 qui présente tout l’agrément d’un gamay séduisant mais relativement structuré; au nez, le fruit rouge le dispute aux épices, vite relayés en bouche par de la menthe et du cuir; le tout, sur des tannins soyeux, et tout en fraîcheur. On s’en reprendrait bien une gorgée, tiens.

IMG_9597.jpg

Pour la petite histoire, cette cuvée est née d’un pari avec des amis restaurateurs, par une soirée qu’on devine bien arrosée. Peut-on rêver meilleurs auspices ?

Amis lecteurs, il est grand temps de redécouvrir le Beaujolais - si ce n'est déjà fait...

http://www.domaines-piron.fr/

09:27 Écrit par Hervé Lalau dans Beaujolais, Belgique, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |