11 février 2014

Das Trinklied vom Jammer der Erde

Dans notre grand cycle "Oui, le vin est un produit de culture, et si ça ne vous plaît pas, videz un godet de rosé pamplemousse à ma santé ", voici un extrait du Chant de la Terre, de Malher.

Le premier mouvement, pour être précis. Il s'intitule Das Trinklied vom Jammer der Erde ("Chanson à boire de la douleur du monde"). Le livret, signé par Hans Bethge et Mahler lui-même, s'inspire d'un texte du poète chinois Li Bai (701-762, soit 12 bons siècles avant Justin Bieber).

220px-Photo_of_Gustav_Mahler_by_Moritz_Nähr_01.jpg

Gustav Mahler

 

Un compositeur dans le Mahler

Mahler en compose la musique dans un moment de grande douleur: sa petite fille de 4 ans vient de mourir de la scarlatine; il vient de découvrir qu'il souffre d'une insuffisance cardiaque. Et pour couronner le tout, il a été contraint d'abandonner son poste de directeur du Hofoper de Vienne, qui lui a valu d'innombrables attaques antisémites de la part de la presse.

Citons le critique munichois Rudolf Louis: "Si la musique de Malher parlait juif, elle ne me serait peut-être qu'incompréhensible. Mais elle me dégoûte horriblement parce qu'elle enjuive. Elle parle l'allemand musical, mais avec l'accent, le ton et le geste orientaux, par trop orientaux, du Juif."

Ou encore le chef d'orchestre Félix Mottl, qui, à propos de Malher, écrit à Cosima Wagner (elle-même virulente antisémite): "Tout le monde me le décrit comme très doué, mais hélas, il est Juif".

On aimerait pouvoir dire que c'est lié à l'époque, mais hélas, non. L'abjection et la bêtise sont de toutes les époques.

Malher en a l'habitude, lui qui se définit comme trois fois étranger: "Tchèque parmi les Autrichiens, Autrichien parmi les Allemands, Juif dans le monde". Mais là, en cette année 1907, tout lui tombe sur la tête, et c'est beaucoup pour un seul homme, qui plus est "juif dégénéré",pour reprendre la description en vogue dans la Vienne du début du 20ème siècle.

 

Le vin, le chant et les jardins de l'âme

Dans les textes de Li Bai, le compositeur trouve une évocation de la nature, de sentiments simples et d'une douleur intime, contenue, qui parle à son coeur. Le vin - qu'on ne décrit pas, ce n'est pas l'objet - est une allégorie pour le divertissement, pour un moment d'oubli. Il fait chanter mais du chant monte bientôt une tristesse indicible.

Je vous en ma traduction (assez libre) depuis l'allemand, pour ce qu'elle vaut:

490px-Hans_Holbein_d._J._030.jpg

Un luth, par Holbein

Même si le vin m'attire, dans son gobelet d'or
Je ne le boirais pas avant de vous avoir chanté une chanson!
La chanson de la douleur doit paraître joyeuse à votre âme.
Lorsque la douleur s'approche, désolant les jardins de l'âme,
La joie de chanter s'étiole et meurt.

Sombre est la vie, sombre est la mort.

Maître de cette maison!
Ta cave est pleine de vin doré!
Et ces luths sont à moi!
Jouer du luth et vider des verres sont deux choses qui vont bien ensemble.
Une tasse pleine de vin au bon moment vaut plus que tous les royaumes de la terre!
 

And now for something completely different


La semaine prochaine, nous nous intéresserons à la chanson «Humpty Dance», de Digital Underground (1990-1991).


«Now gather round, I'm the new fool in town


And my sound's laid down by the Underground


I drink up all the Hennessy ya got on ya shelf


So just let me introduce myself


My name is Humpty, pronounced with a "umpty"


Yo ladies, oh how I like to hump thee.»

 

Enfin, peut-être pas la semaine prochaine, quand même.

 

00:19 Écrit par Hervé Lalau dans Autriche, Chine, Europe, République Tchèque, Vins de tous pays | Tags : malher, vin, musique | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

25 janvier 2014

Choisir ses verres à vin

Je ne crois pas être pédant, mais j'aime boire le vin dans un beau verre.

Il y a plusieurs raisons à ça.

Une raison très personnelle, d'abord - sur ma liste de mariage, mon épouse et moi avions mis de belles assiettes (du Limoges) et de beaux verres (des Zwiesel).

Une raison professionnelle, ensuite: un verre bien tourné, joliment galbé permet de mieux capturer les arômes. Faites l'essai. C'est mieux que dans un gobelet en plastique.

007546.jpg

Photo Schott

Une raison psychologique, enfin. Je pense qu'en sortant de beaux verres, inconsciemment, on donne plus d'importance à ce que l'on va déguster; c'est comme un petit cérémonial - pas aussi complexe que la cérémonie du thé, mais un cérémonial tout de même. Une marque de respect. Dans les jurys de dégustation, pour rire, quand le jury commence à ronronner, qu'un vin nous déçoit, je lance parfois qu'il ne faut jamais oublier qu'il y a un vigneron (ou une vigneronne) derrière le vin. Le respecter, dans mon cadre professionnel, c'est donner à son vin le maximum de chances, un contexte favorable, ou au moins neutre. Un bon verre, c'est le minimum, surtout quand on pense au temps que le producteur consacre à son vin, et à celui que nous, nous consacrons à le goûter.

En 25 ans, une partie de ma collection de Zwiesel à disparue; ces verres sont fins et hauts sur pied, difficiles à essuyer, j'en ai cassé pas mal. J'ai complété avec quelques Schott (ma série de Zwiesel ne se fait plus). Uniquement de très grands verres. Je préfère les grands verres, à large ouverture, même pour le blanc; non pour boire plus, mais parce que je suis maladroit, et qu'ils sont plus pratiques pour faire tourner le vin.

J'ai aussi quelques C&S dépareillés, glânés ça et là lors de dégustations - non, je ne les vole pas, on me les donne. J'ai aussi deux verres de Baccarat, très chouettes, mais j'ai un peu peur de les utiliser. Et puis quelques verres type INAO ou un peu plus grands, du genre de ceux qu'on utilise lors des événements type Percée du Vin Jaune - ils sont marqués, d'ailleurs - ou Fête du Vin de Sancerre. Je les emploie moins, car même s'ils sont plus robustes, ils sont aussi moins fins, et j'aime la sensation de la finesse du verre sous les lèvres, il me semble que cela donne une surcroit de fluidité au vin - c'est idiot, peut-être, mais à chacun ses marottes, celle-là ne fait de tort à personne.

Faut-il avoir une collection de verres de différentes formes et tailles, chacun adapté à un type de vin? Certains verriers vont assez loin dans la démarche - on trouve même des verres spécial cabernet, ou spécial merlot...

Je ne veux pas vous en dégoûter. J'ai essayé, et c'est vrai que certains verres semblent fonctionner mieux que d'autres. Mais c'est contraignant. J'ai bien acheté un jour 6 verres à vin d'Alsace, avec le joli pied vert, mais je ne les sors pas si souvent, même quand je bois des vins d'Alsace ou allemands. Le calice est trop bas pour que je puisse faire tourner le vin sans risquer d'en projeter sur la robe de la voisine (et ça peut m'arriver).

Comme je ne peux pas choisir les verres qui me sont proposés dans les dégustations organisées part les producteurs, et comme je déguste pas mal de vins différents dans une semaine, je me dis que pour la comparabilté des résultats, mieux vaut m'en tenir à un type de verre. En général, donc, c'est un grand Schott. Les Riedels sont bien aussi, pour ce que j'ai pu essayer lors de certains concours; au détour de quelques voyages de presse, j'ai aussi pu apprécier les verres de la Verrerie de Champagne, et les Spiegelau. Mais je n'en ai pas.

Ma consoeur et amie autrichienne Luzia Schrampf me conseille les verres Zalto - une maison autrichienne que François Mauss, du GJE, semble aussi apprécier.  Un jour, peut-être, quand je serais riche, je rachèterai des verres.

Je n'ai pas d'actions chez les verriers, je n'ai pas non plus d'intérêts cachés, mon seul conseil, pour vous, c'est de vous acheter des verres qui vous plaisent, à l'oeil, à la bouche et au nez - de les essayer avant, donc, sur une petite série. Le but étant d'avoir du plaisir, et non des scrupules à les sortir de votre armoire, pour honorer vos vins et les amis à qui vous les servez.

J'avine mon verre à chaque fois je change de type de vin; pas si c'est le même cépage ou assemblage. Mais si je veux faire une dégustation comparative, je sors autant de verres que de vin s- mais rarement plus que quatre, car je préfère faire de courtes séries, quitte à faire des tris et à revenir sur les vins.

Est-ce un hasard - je ne le pense pas - mais j'ai adopté le même modus operandi pour les dégustations de type familial - bien que là, il ne s'agit pas de déguster, plutôt de boire. Je sors donc un petit nombre de verres (3 par personne, tout au plus). Et un petit nombre de vins. Quand je démarrais dans le métier, j'avais envie de faire découvrir un maximum de vins à ceux que j'invitais; sauf pour les fondus de vin, c'était barbant. Tout le monde ne boit pas au même rythme, tout le monde n'est pas curieux, tout le monde ne fait pas l'effort de chercher les différences; bref, j'ai gâché de bons vins que j'aurais pu apprécier bien mieux en tout petit comité, entre passionnés. Cela m'a vite passé.

En général, donc, à table, je sers un apéritif (un effervescent, le plus souvent), puis un blanc adapté au premier plat, puis un beau rouge. Je reviens souvent sur le blanc pour le fromage s'il y en a. Pour le dessert, je propose suivant les cas un deuxième verre du mousseux ou bien un liquoreux, selon le type de dessert. Je ne débouche donc pas plus de 4 vins, que je sers dans trois verres. J'ai essayé de me passer des flûtes (car personnellement, j'aime autant un effervescent dans un verre un peu plus large). Mais mes invités apprécient moins, et quand on invite, c'est d'abord à eux qu'il faut penser. Alors j'en suis revenu à la flûte pour les bulles (je n'ai pas de coupes).

On peut faire mieux, on peut faire plus; mais c'est le moyen terme que j'ai trouvé, avec le temps, entre la désacralisation du vin (qui me semble préjudiciable), et le tra-la-la.

Autant je ne me vois pas servir un beau vin dans un verre à moutarde (ou même un verre de bistrot), autant à trop en faire, je trouve que l'on prend le futile pour l'essentiel, et que l'on risque de se dégoûter de l'expérience.

50 verres à laver à la main, après la fête, ou le lendemain matin, voila qui peut décourager pour longtemps de sortir de grandes bouteilles...

08:45 Écrit par Hervé Lalau dans Allemagne, Alsace, Autriche, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |