19 décembre 2007

DAC Kremstal

Début décembre, un nouveau DAC (l'AOC autrichienne) a vu le jour sur le Danube: Kremstal.

C'est la première région viticole sur le grand fleuve à accéder à ce statut. C'est également la première à  établir une classification à deux niveaux: Kremstal et Kremstal Réserve. Les deux cépages autorisés pour le nouveau DAC sont le riesling et le Gruner Veltliner
Le Kremstal (2.250 ha de vignes environ) borde trois autres vignobles de renom: le Kamptal, la Wachau et le Traisental (déjà DAC).

 

 karte_kremstal

 

Plus d'info: www.winesfromaustria.com

00:12 Écrit par Hervé Lalau dans Autriche | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

25 octobre 2007

L'Autriche du vin

Quelques données sur l'économie viticole autrichienne, assez méconnue. 

En moyenne, sur les 5 ans écoulés, la production du pays est de l’ordre de 2,5 millions d’hectolitres. Cela ne représente guère que 1,1% de la production mondiale, et l’on comprend que les Autrichiens eux-mêmes parlent de «produits de niche».

Le rouge augmente 

Cette production se répartit aujourd’hui entre 65% de blanc et 35% de rouge ou rosé. A noter que la part des blancs était encore de 75% en 1999.
Le pays compte officiellement quelque 25.200 viticulteurs (dont 14.400 pour le seul Land de Nieder Österreich), pour une surface totale en exploitation de l’ordre de 43.500 ha. Mais seuls 6.000 producteurs embouteillent eux-mêmes leur vin.
La production est très majoritairement composée de vins à dénomination (Qualitäts- & Prädikatswein): en 2004, ceux-ci représentaient 74% de la production inventoriée (dont 3% pour les Prädikatsweine), contre seulement 7% pour les vins de table et 11% pour les vins de pays (Landwein). Le vin est la quatrième production agricole autrichienne en termes de revenu. En 2004, le prix moyen à la bouteille de 75cl (très majoritairement des Quälitatsweine) oscillait entre 3,14 euros (moyenne des blancs) et 3,26 euros (moyenne des rouges). Des prix plutôt sages, exactement équivalents à ceux de 2001.

Cette production est majoritairement localisée en Basse-Autriche (64% du volume produit); suivent dans l’ordre le Burgenland (23%), la Styrie (6%) et Vienne (5%). Au sein de la Basse-Autriche, viennent en tête la dénomination générique Niederösterreich (près de 400.000 hl de production) et Weinviertel (312.000), les zones plus délimitées venant assez loin derrière (Kamptal, 107.000 hl, Kremstal, 88.500, Wachau 72.300…). Toutes régions confondues, le rendement à l’hectare est de 58 hl/ha, ce qui reste raisonnable pour un pays de blanc.

Révolution marketing

Le vignoble autrichien regroupe bon nombre de cépages, autochtones ou étrangers. Les quatre plus utilisés restent des plants autochtones, à savoir le Grüner Veltliner (68 millions de litres), le Blaufrankisch (14,6 millions), le Welschriesling (8,2 millions) et le Zweigelt (7,6). A titre de comparaison, le Chardonnay est à 3,9 millions, le (Rhein)Riesling à 4 millions, le Sauvignon à 2. Les cépages français connaissent cependant un engouement croissant.
Côté réglementation, le vin autrichien est en pleine transition, avec la mise en route des «DA » (Districtus Austriae Controllatus), lancés en 2003 avec le Weinviertel DAC. Il s’agit, en gros, de définir des types de vin typiques de leur terroir, au goût clairement identifiable, un peu sur le modèle des AOC françaises ou italiennes. Mais pour l’Autriche, il s’agit là d’une révolution marketing.

«A huge secret»

En 2004, La Belgique était le 15ème débouché de la viticulture autrichienne en volume, avec 829 hectos (sur un total de 730.000 hectos exportés). Et le 18ème en valeur, avec 290.000 euros (sur 83 millions).
Des chiffres encore modestes, qui nous classent largement derrière les ténors que sont l’Allemagne (49 millions d’euros), la République Tchèque (8 millions) ou la Suisse, ou même  des Pays-Bas (731.000 euros). Mais des chiffres qui dénotent tout de même une forte croissance sur les 5 années écoulées.
Bref, comme le dit Chris Murphy, acheteur vin de Marks & Spencer, «We believe Austria to be a huge, undiscovered secret in the wine trade.»

     
Plus d’info : AWMB, Susanne Staggl,  info@winesfromaustria.com

17:26 Écrit par Hervé Lalau dans Autriche | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |