26 septembre 2012

Playboy Wine Club

C'est officiel, Playboy lance son club de vin.

Dans son offre, il annonce des vins "sexy, spicy, séduisants comme le péché", des "vins qui offrent la meilleure transition entre la salle à manger et la chambre..."

Playboy propose même un système de livraison à domicile, le Playboy Wine Encounter...

Peut-être le magazine coquin devrait-il prendre contact avec les jeunes vigneronnes autrichiennes,: elles éditent depuis quelque temps déjà un charmant calendrier de l'année vigneronne, qui démontre que dans la vigne, on n'a ni froid aux yeux, ni ailleurs...

Austrian-Wine-Calendar-BW.jpg

Plus d'info sur le Jungwinzerinnen Kalender: Kreativ Consulting

00:07 Écrit par Hervé Lalau dans Autriche, Etats-Unis | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

25 août 2012

A la garde!

J'ai souvent dit que vos commentaires étaient au moins aussi intéressants que mes chroniques. Ce n'est pas de la fausse modestie, juste un fait encore confirmé hier par les réactions de MM Gosselin et Charlier à propos de ma dégustation un tantinet iconoclaste d'un Muscadet de 6 ans.

Je ne pense pas qu'il faille systématiquement essayer de garder les vins, par principe. J'ai juste observé, empiriquement, que certains blancs ou rosés dont on nous dit qu'ils sont à boire jeunes ("on" étant la rumeur publique autant que les experts) pouvaient se transformer avec la garde; deviennent-ils forcément meilleurs, c'est discutable, car ils perdent la plupart du temps le côté joyeux de leur fruit jeune; mais dans le meilleur des cas, ils deviennent autres, ils montrent une autre facette de leur personnalité - confusément, je crois que le côté cépage s'estompe. Quant à dire que c'est le terroir ou la vinification qui prend le dessus... et il y a tellement de variables!

Pour ce muscadet, c'était flagrant: on était passé du côté complexe de la force. Je me rappelle aussi du cas d'un Grüner Veltliner du Kamptal de 20 ans. Bien sûr, ça ne marche pas à tous les coups, il y a aussi le risque de l'oxydation. D'ailleurs, dans le cas du muscadet de 2006, il y a un début d'oxydation, mais qui pour moi apporte quelque chose d'intéressant, une trame. Là, on touche à un autre grand débat: qu'est-ce qu'un défaut? J'y reviendrai...

11:01 Écrit par Hervé Lalau dans Autriche, Loire, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |