13 novembre 2012

Si j'étais vous, cher voisin...

Je lisais la semaine dernière sur le site du Figaro un article intitulé "Les pistes de Berlin pour redresser la France".

Cela m'a fait sourire: généralement, quand un voisin vous dit quoi faire pour améliorer votre intérieur, embellir votre jardin, mieux habiller vos gosses, il y a trois solutions:

1° Vous lui mettez sur la gueule;

2° Vous l'écoutez poliment mais vous ne faites rien;

3° Vous faites exactement le contraire de ce qu'il dit. C'est humain, de quoi il se mêle, celui-là, et puis il les a vus, ses sales gosses, à lui, et sa foutue baraque, et son jardin de merde...

Bon, la 4ème solution, ce serait de vous dire qu'il a peut-être raison, qu'il veut bien faire. Mais psychologiquement, à moins que vous soyez sous Prozac, c'est improbable.

9782800155203-Q.JPG

Chers Voisins, de Bercovici & Dal

Toujours est-il que ça m'a donné des idées.

Imaginez un peu que la Bourgogne dise au Bordelais ce que le mot Grand Cru doit recouvrir (c'est à dire un terroir, une parcelle, et non un domaine).

Imaginez que le Rhône Sud dise au Rhône Nord que l'assemblage est la condition sine qua non pour obtenir de grands vins, que la Syrah est trop capricieuse...

Imaginez que l'Alsace dise à la Champagne que ses rendements sont trop élevés (bon, OK, mauvais exemple).

Imaginez que le Roussillon dise à la Loire qu'il ne faut pas chaptaliser.

Imaginez que le Layon dise à Sauternes qu'on ne peut pas cryoextraire.

Imaginez que des vignerons bio disent à des coopératives qu'on a pas le droit d'employer la flash-détente.

Imaginez que la France dise à l'Espagne qu'elle n'a pas assez d'AOC.

Imaginez que l'Australie dise à la France que toute AOC doit pouvoir planter toute sortes de cépages.

Imaginez que l'Espagne dise à la France qu'elle ne tient pas aux droits de plantation.

Imaginez que l'Afrique du Sud nous dise qu'il doit y avoir un minimum de propriétaires noirs dans la viticulture française.

Imaginez que le Chili dise à l'Europe que le rosé de coupage, finalement, donne de bons résultats si les deux vins utlisés dans l'assemblage sont de qualité.

Imaginez que je dise à mes copains Marc, Jim, Michel et David comment ils doivent écrire...

Heureusement que c'est la journée mondiale de la gentillesse...

 

11 novembre 2012

Vive la monarchie (quand elle aime le bon vin)!

C'est un républicain qui vous parle. Pas au sens américain. Au sens de personne convaincue que la démocratie est le moins mauvais de tous les systèmes, et que le peuple a le droit d'élire ses représentants, jusqu'au chef de l'Etat.

Je n'ai aucun mérite, j'ai été élevé dans cette optique.

Et pourtant, vivant en Belgique, je n'ai pas à me plaindre de son monarque, il ne fait de tort à personne.

Mais surtout, quand je vois ce que les têtes couronnées peuvent apporter à la notoriété d'un pays, ou d'un produit, je finirais par douter de mon engagement républicain.

Regardez les Anglais, par exemple: en Australie, où ils font une tournée à l'occasion du Jubilé de la Reine Elizabeth, Charles et Camilla ont été visiter Penfolds. On leur a servi le millésime 1962. Plus précisément: un Grange Coonawarra Cabernet Kalimna Shiraz - un de ceux produits par Max Schubert, un des grands pionniers du vin de qualité en Australie.

 

penfolds-grange-hermitage-bottle.jpg

Et vous savez quoi: ils ont vraiment eu l'air d'apprécier! Des photos en témoignent (désolé, je ne peux pas vous les montrer, je n'ai pas les droits). Et quoi qu'il en soit, leur passage a attiré l'attention sur cette maison, plus qu'aucune pub n'aurait pu le faire. J'ai constaté à peu près la même chose en Espagne: c'est fou le nombre de belles caves que Juan Carlos a visitées. Il a même signé des barriques.

Nous, les Français, on a coupé la tête au roi. Et on a mis un président à la place. Mais ce n'est pas aussi glamour. Et puis surtout, il gouverne vraiment, ce qui lui laisse un peu moins de temps pour la représentation.

Enfin, côté vin, j'ai l'impression que ça fait pas mal de temps qu'on fait des erreurs de casting, avec nos présidents.

Chirac était plutôt bière - bière mexicaine, même!

Sarkozy, lui était... Sarkozy. Abstinent.

Quant à Hollande, on dit qu'il aime le vin, mais je ne l'ai pas encore vu en visite chez Rayas, chez Ausone ni à la Romanée Conti - dommage, un président qui vante les meilleurs vins français, ça aurait au moins autant d'impact que Montebourg en marinière. Tiens, Montebourg, il n'est pas élu dans le Mâconnais? Il aurait pu vanter le Saint Véran et le Pouilly-Fuissé..

Quant à Ayrault, il préfère le cidre au Champagne...

Alors oui, parfois, je me dis qu'un Roi en France - souriant, bien élevé, soucieux de l'image du pays, mais sans pouvoir...

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Australie, Belgique, France, Grande-Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |