07 octobre 2010

Decanter pète les plombs

Sur le site de Decanter, on annonce un dossier signé Andrew Jefford où l'auteur affirme que le Chardonnay est le meilleur cépage d'Australie. So far so good.

Là où je tique, c'est quand Jeffords nous dit (ou bien est-ce le rédacteur final de Decanter?) que ce même Chardonnay australien "peut sans effort surpasser le meilleur Bourgogne" ("can outperform 'effortlessly' top level Burgundy").

Je sais bien qu'il faut vendre du papier, et qu'une bonne polémique de ce genre peut attirer quelques lecteurs, outre-Manche, en caressant dans le sens du poil de tweed leur francophobie congénitale.

Sans oublier que l'Australie abrite des marques d'une autre dimension que la Bourgogne, et que pour un magazine comme Decanter, c'est une source de revenus importants.

 

P1010053.JPGN'ayant pas d'illustration des grands terroirs australiens sous la main, j'ai pris une simple image de Montrachet (photo H. Lalau)

 

Mais restons sérieux. Chez In Vino Veritas, nous dégustons régulièrement des vins de tous horizons, et notamment des Chardonnays australiens, mais aussi bourguignons. A l'aveugle. Et s'il n'est pas rare qu'un Chablis, un Mâcon, un Montagny ou un Meursault soit sélectionné par notre panel, les Chardonnays des Antipodes, eux, ne sont JAMAIS sélectionnés.

Et ce n'est pas faute d'avoir essayé!

Bien sûr, comment savoir si ce sont les meilleurs et les plus représentatifs des Chardonnays de la Grande Ile? Aussi, nous ne nous permettrons jamais d'en déduire que TOUS les Chardonnays d'Australie sont facilement surpassés par les Bourguignons. Nous laissons ce genre d'anathèmes et d'amalgames à la presse britannique.

Amis des grands terroirs à blanc de la Bourgogne, et plus fondamentalement, amis défenseurs d'une certaine idée du convenable en matière de critique vineuse, j'attends vos commentaires avec impatience.

05 septembre 2010

Down Under

Les kangourous en sautent de joie: suite à l'entrée en vigueur d'un accord avec l'Union Européenne, 111 dénominations de vin australiennes sont à présent protégées en Europe.

Plus question pour un producteur d'une obscure appellation européenne, comme Chianti, Chablis ou Porto, d'usurper le prestige de Margaret River ou de Coonawarra.

Kangourou.jpgSkippy est heureux

 

En contrepartie, les Australiens ont accepté de renoncer à utiliser les appellations européennes comme Sauternes, Bordeaux, Bourgogne, etc... Mais quel kangourou aurait eu cette idée saugrenue quand il a Yellow Tail?

En tout cas, voila qui redonne aux appellations une certaine justification, n'en déplaise à ceux qui dénoncent le système au nom du libéralisme viticole (kangourous en tête)...

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Australie, Europe | Tags : vin, vignoble, australie, europe, accord, aoc | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |