10 septembre 2008

Origin wines

La firme s'appelle "Origin Wines", aussi pourrait-on croire que la provenance des vins est un facteur primordial dans sa sélection. Avec tout ce que cela suppose de fidélisation des producteurs, de découvertes des bons crus, d'adéquation entre cépages et terroir, d'information du consommateur, j'en passe et des meilleures.

Au risque de vous décevoir, chers amis légèrement ringards de la treille authentique, c'est pourtant cette même société qui, pour ses vins "premium" (la gamme Camden Park), vient de changer radicalement et brutalement ses approvisionnements, passant de l'Australie à l'Argentine, en moins de temps qu'il n'en faut pour dire "Coonawarra-cabernet-shiraz".

Une question de terroir, sans doute? Vous n'y êtes pas - seulement une question de prix.

Apparemment, les clients anglais de cette marque se fichent comme de leur première chemise de savoir si leur petit verdot est bordelais, patagon ou australien, et Sydney pourrait bien être au sommet des Andes que leur vie de buveurs globalisants n'en serait pas changée. Du moment que c'est pas cher et bien marketté... Le terroir, chez Origin Wines, c'est juste bon pour les contre-étiquettes. On a les clients qu'on mérite, et à défaut de les éduquer, il faut se résoudre à les suivre.

Et puisqu'on parle de marketing (faute de mieux), avouons que celui de Camden est plutôt amusant: la signature de la marque est "No bull" ("pas de conneries", ou bien, plus litéralement, "pas de taureau", alors toutes sortes de bovins figurent sur l'étiquette. Vachement malin, arhh, arhh. Et puis ça change des kangourous de Yellow Tail.

Au fait, le premier vin de la nouvelle gamme argentine sera un Pinot Grigio.

Et comme le concept m'amuse, je me permet de transmettre deux conseils (totalement gratuits, donc bon marché) à Origin Wines.

1° Changer de nom. Je propose "Global Wines Opportunities". Ou bien, "Outsourcing Interchangeable Vines" (OIV).

2° Fouiner un peu du côté du Trentin ou du Veneto (vous savez, en Italie), pour dénicher "le"  bon Torrontes de derrières les faggots...

Et bien sûr, je vous tiens au courant des développements. Je ne désespère pas de faire du consulting - global - pour ce genre de firmes.

 

camden

 

09:30 Écrit par Hervé Lalau dans Argentine | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |