31 mai 2015

Au Concours des Crémants

Le Concours National des Crémants de France (et du Luxembourg) se tenait cette année à Amboise.

Un prix spécial est décerné par appellation, le prix des journalistes, sur la base d'une deuxième dégustations des vins primés par chaque jury. 

J'étais un des jurés de ce prix, et j'ai donc pu apporter ma petite voix à ce concert.

L'avantage, avec ce système, c'est que nous n'avons eu à déguster que des vins corrects, voire intéressants, voire de grande qualité.

Le désavantage, c'est qu'il est assez difficile de les départager. 

Mon jury était composé d'un Français, d'un Belge, d'un Norvégien et d'un Luxembourgeois.

Nous avons eu à juger les vins de trois appellations: Crémant d'Alsace, Crémant de Limoux et Crémant de Luxembourg (présentés séparément).

Nous avons décerné deux prix; le premier, au Crémant d'Alsace de la Cave de Hunawihr, cuvée Calixte. 

Une cuvée qui nous a séduits par son équilibre, sa puissance contenue et sa vivacité.

Le second prix a été attribué au Crémant de Luxembourg Poll Fabaire, de la Cave Vinmoselle, qui nous a conquis par sa belle aromatique fruité mûr, sa finesse et sa longueur en bouche, sans oublier un dosage bien maîtrisé (notre groupe laissant aux extrémistes les joies du brut nature).

 

Fabaire.jpg

Un de nos deux coups de coeur de la dégustation

Nous n'avons pas décerné de prix pour les Crémants de Limoux; ceux-ci, il est vrai, n'étaient représentés à ce niveau que par deux produits seulement.

Le niveau général des vins luxembourgeois (au nombre de 6) était assez impressionnant (entre 15 et 17/20). Le niveau des Alsaciens (au nombre de 8) était un peu plus fluctuant (entre 13 et 16/20).

Les notes des deux Limoux, quant à elles, tournaient autour de 14/20.

 

09:51 Écrit par Hervé Lalau dans Alsace, France, Languedoc, Luxembourg | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

20 mai 2015

Un goût de trop peu

Sur le quai de la Gare de Lyon Part Dieu, en attendant mon train, j'ai eu l'œil attiré par ces deux pubs pour le vin d'Alsace: "Pure Expression de Nature", "Pure Expression de Terroir".

 

Alsace.jpg

Je sais la difficulté que peuvent avoir les publicitaires, en France, pour exécrer leur art dans le domaine du vin.

Tout se passe comme si, au pays d'Evin (ou de sa jurisprudence), une bonne pub de vin était une pub qui ne fait pas vendre.

Malgré tout, cette campagne me laisse un goût de trop peu. Quel est ce terroir dont on parle et qui est si pur? Quelle est cette nature et en quoi est-elle spécifiquement alsacienne?

Est-ce que j'en demande trop? Ou le but de telles pubs est-il juste d'occuper l'espace, de répondre présent, de se montrer?

08:20 Écrit par Hervé Lalau dans Alsace, France | Tags : pub alsace | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |