13 mars 2014

Une déception: le Crémant d'Alsace Cuvée Prestige de Muré

J'ai ouvert cet après midi une bouteille du Crémant d'Alsace Cuvée Prestige de Muré. Une maison alsacienne de belle réputation, sise à Rouffach. J'ai déjà eu l'occasion d'apprécier quelques uns de ses Grands Crus (notamment le Clos Saint Landelin Riesling, en 2010, je crois).

Cette cuvée  de Crémant très joliment habillée a aussi été plébiscitée un peu partout, de Bettane à In Vino Veritas. Il s'agit d'un assemblage de 5 cépages alsaciens, élevé sur lattes 18 mois, un travail d'orfèvre. Je m'attendais donc à faire  des "Oh!" et des "Ah!".

Mais j'ai eu beaucoup de mal à comprendre ce vin; le nez, qui réunissait en vrac pomme granny, framboise, miel, levures de boulangerie, pain grillé et fruits secs, m'a semblé vraiment "too much"; presque écoeurant. Est-ce de la surmaturité? Est-ce le choix des cépages? Quant à la bouche, sur l'acidité, elle est surtout très marquée par l'oxydation, et ne me semble pas en phase avec ce nez si solaire. 

Au final, je n'ai ni le plaisir de la complexité, ni le rafraîchissement.

photo.JPG

Vu le prix, je suis déçu. Il est rare que je fasse état de mes déconvenues, mais pour le coup, je pense que cela peut être instructif.

Au-delà de ce cas particulier, je me demande si les vignerons alsaciens (même les plus réputés) maîtrisent toujours bien la bulle.

Est-il normal que tant de maisons de la région aient aujourd'hui leur Crémant?

Et combien l'élaborent-ils eux-mêmes, au fait?

Muré, à Rouffach

00:31 Écrit par Hervé Lalau dans Alsace | Lien permanent | Commentaires (7) | | | |

12 mars 2014

Le quiz de la semaine

Ma statue se trouve sur la place de l'Ancienne Douane de Colmar. Je porte un plant de vigne à la main.

Qui suis-je? Et pourquoi suis-je là?

00:09 Écrit par Hervé Lalau dans Alsace, France | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |