08 mars 2013

"Mes" femmes du vin

Journée de la Femme oblige, les journaux regorgent d'articles à la gloire du beau sexe. Et ce n'est pas moi, père de deux filles, qui gâcherai ce beau tableau. Vivement l'égalité... surtout du côté salarial!

Mais je profite du buzz de l'événement pour saluer ici six femmes du vin que je viens de cotoyer au cours des Vinalies, à savoir Béatrice Da Ros, Pilar Rodrigo, Anissa Djani, Maria Tzitzi, Isabel Mijares et Christine Chaminade.

Elles sont la preuve vivante, vivifiante et vinifiante que les femmes ont toute leur place dans le monde du vin.

Qu'elles fassent du vin ou qu'elles portent la bonne parole du vin, elles n'ont rien à envier aux hommes.

Bravo les filles, et continuez! Pour moi, la bataille sera gagnée le jour où personne ne remarquera plus que vous êtes des femmes, qu'on ne parlera plus de vin de femmes ni de vin pour femmes, mais que tout le monde aura le visage humain que vous donnez au vin et à la vie.

femme, vin, journée de la femme

 Maria Tzitzi

 

13:50 Écrit par Hervé Lalau dans Algérie, Espagne, France, Tunisie, Vins de tous pays | Tags : femme, vin, journée de la femme | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

24 janvier 2013

Les vins d'Aboukir

Un lecteur, sans doute titillé par de récentes chroniques consacrées ici même ou sur le site des 5 du Vin à la viticulture du Maghreb (Tunisie et Algérie, plus précisément), me demande si je peux lui donner une adresse d'importateur de blanc d'Aboukir. Hélas non.

Une petite précision liminaire: l'Aboukir en question n'est pas l'Aboukir égyptienne, mais celle d'Algérie. La ville d'Aboukir, aujourd'hui Mesra, près de Mostaganem. Sans doute nommée ainsi en mémoire de la victoire française de 1799, plutôt que de la défaille navale de 1798...

Qoui qu'il en soit, y produisait beaucoup de vin sous le régime français. On continue à en faire - beaucoup moins. Et notamment une des rares entreprises viticoles privées, la Compagnie des Grands Crus de l'Ouest, à Oran, qui produit bon an mal an quelque 80.000 hl de vin (sur un total national d'environ 400.000 hl, données 2009).

Elle diffuse même un vin qui fait directement référence à la ville d'Aboukir: Fleur d'Aboukir, un rosé. Je ne sais pas qui l'importe.

A noter que temps des Français, c'était surtout le blanc et le gris qui avaient les suffrages de la clientèle européenne.

Et pour la petite histoire, notons qu'en arabe, Mesra veut dire : "l'eau coule". C'est moins vendeur, évidemment, pour un vin, même blanc...

455px-Fleur_d'aboukir_75cl6.jpg

 Photo: Mahbenyelles

Plus d'info/Contact: Rachid Hanamouche, Grands Crus de l'Ouest, +213 982 40 05 26

00:34 Écrit par Hervé Lalau dans Algérie, France, Tunisie | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |