21 août 2009

Spier, côté tourisme et côté vins

Quand certains, en Europe, parlent de développer l’oenotourisme, certains le pratiquent déjà ailleurs depuis des années – et dans le cas de Spier, l’activité viticole devient une des parties d’un ensemble beaucoup plus vaste : complexe hôtelier avec bungalows et piscines individuelles, bar africain, parcours de golf, parc animalier, excusez du peu.
Le tout étant placé sous le thème du développement durable et des énergies renouvelables…
Et les vins, dans tout cela ? Il y en a pour tous les goûts.

Spier

Spier: la vieille maison de maître (Photo H. Lalau)



A savoir, trois lignes de produits : Spier Signature pour les vins de volume (ma foi bien nets), les vins de cru (selected vineyard) et la Private Collection, qui recèle, entre autres joyaux, un superbe Pinotage).

Avec Johan d
e Villiers, l’un des œnologues, j’ai passé en revue une partie de cette gamme, en me concentrant sur quelques cépages.

J’en ressort à nouveau convaincu que les Sud-africains ont un gros potentiel en blanc ; que le chenin peut être leur porte-drapeau, de même que le sauvignon. En rouge, syrah et mourvèdre ont certainement leur place dans les terroirs les plus méditerranéens. Le cabernet-sauvignon est à son aise dans mal d’endroits, au Cap ; ce qui est moins évident pour le merlot. Le pinotage mérite aussi un réexamen. J’y reviendrai.

23:11 Écrit par Hervé Lalau dans Afrique du Sud | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

20 août 2009

Bien vu, Fairview

Nous changeons à nouveau d’appellation pour celle de Paarl – la perle.
C’est là qu’est située Fairview, propriété d'une famille d’origine lithuanienne, les Beck, depuis 1938.

 

Fairview

Vu de Fairview

 

Charles Back, l’actuel dirigeant, est un innovateur, il expérimente tous azimuts ; il fut le premier à planter du Viognier au Cap, avec un certain succès. Succès réédité avec le mourvèdre, plus récemment. Tout ne réussit pas toujours : ses essais d’acclimater le nebbiolo n’ont pas donné les résultats escomptés.
Autre axe de recherche : les terroirs, Un domaine longtemps laissé en friche, au sens propre comme au figuré, car la plupart des producteurs ont longtemps planté un peu de tout un peu partout. Un des meilleurs exemple de cette recherche des terroirs : les syrah de single vineyard, à savoir Eenzaamheid et Beacon, deux vignes séparés d’à peine 5 kilomètres, mais qui présente des sols très différents (Beacon est beaucoup plus caillouteux) ; à l’arrivée, malgré une vinification identique, on a deux produits assez opposés, le beacon est plus tannique, plus cacaoté aussi, l’Eenzaamheid est plus suave, plus fluide, plus fumé aussi.

Fairview s’est fait également connaître pour son marketing espiègle ; comme le domaine élève aussi des chèvres, dont il fait des fromages, une seconde marque a été créée, Goats do Roam (les chèvres  vagabondent, vraiment), trois mots qui se prononcent presque à l’identique de Côtes du Rhône. Pour des cuvées de grenache syrah mourvèdre, évidemment…
Exploitant cette veine, sont nés Goat Roti, Goat Door et Bored Doe, fièrement arborés sur les étiquettes et les t-shirts maison…

 

Fairview2


Les appellations françaises originales apprécient sans doute modérément, mais en attendant Fairview fait parler d’elle. C’est bien vu…

15:44 Écrit par Hervé Lalau dans Afrique du Sud | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |